Anderlecht ne sait plus comment gagner, même avec deux buts d'avance
Florent Malice
Florent Malice depuis le Lotto Park
| 0 réaction

Anderlecht laisse filer deux buts d'avance contre OHL (2-2)

Anderlecht ne sait plus comment gagner, même avec deux buts d'avance

Et dire qu'à la pause, le RSCA semblait sur du velours : les Mauves ont laissé filer une avance de deux buts contre OHL, et auraient même pu être punis plus sévèrement.

Constat pénible au coup d'envoi de ce RSCA - OHL : les Mauves sont ... derrière les Louvanistes au classement, et Kompany n'a qu'une option - la victoire, pour revenir à 3 points de la tête et dans ce top 6 symbolique lors des saisons "normales" de D1A. La trêve est passée par là, le départ de Jérémy Doku et les arrivées de Matt Miazga et Josh Cullen aussi ; tous deux sont titulaires et en attendant Mukairu, c'est un 3-5-2 à l'animation offensive inédite qui est proposé par Vincent Kompany. 

Un schéma qui voit notamment Nmecha s'exiler un peu côté gauche et Percy Tau prendre l'espace à droite, Verschaeren évoluant dans l'axe ; après des premières minutes intéressantes, lors desquelles Mykhaylichenko alerte Rafael Romo et Nmecha frôle le poteau, c'est cependant un cran plus bas qu'Anderlecht pèche. Xavier Mercier se promène au milieu : ses passes au millimètre mettent le feu, et il faut plusieurs dégagements en catastrophe pour empêcher OHL de prendre l'avantage. 

Libération pour Verschaeren 

Mais OHL ne profite pas de son temps fort et d'un Kana peu à l'aise (pas aidé par Van Crombrugge qui le sert dans l'axe de manière suicidaire devant Sowah et Henry) pour prendre l'avantage, et le RSCA en profitera : Murillo est à l'assist et trouve Yari Verschaeren au point de penalty (38e, 1-0). Dans la foulée, le danger viendra de l'autre côté : Bogdan Mykhaylichenko centre et trouve cette fois Percy Tau qui fait le break ... de la tête (2-0, 45e) juste avant la pause. Le Sud-Africain était l'élément offensif le plus en jambes jusque là. 

Deux buts d'avance à la pause : on se dit qu'Anderlecht pourrait bien enfin se diriger vers une victoire sans stress. C'est sans compter sur la capacité du club à se mettre en difficulté : il suffira d'une phase arrêtée mal gérée pour que Frédéric Duplus allume du point de penalty (2-1, 53e). 

Le match se débridera ensuite assez rapidement et les lignes s'étirent : de coup-franc lointain en coup-franc lointain, OHL ne laisse jamais Anderlecht souffler, et Xavier Mercier continue de distiller bonne passe après bonne passe, se chargeant occasionnellement de frapper et d'alerter Van Crombrugge (63e). Les tentatives anderlechtoises, de leur côté, trouvent toujours une jambe louvaniste sur leur chemin, comme quand Verschaeren passe près du doublé (70e). 

La défense anderlechtoise, notamment un Delcroix impérial, tiendra cependant bon malgré quelques frayeurs inutiles. Sans jamais sembler sereine et sans que, de l'autre côté, les Mauves inquiètent Romo à l'exception d'une tête sur corner (75e) ; hormis cette phase, on aura l'impression que le 2-2 restera plus proche que le 3-1. Dont acte : à la 85e, et alors que Louvain revient par vagues inexorables vers les buts d'Anderlecht, une incroyable volée de seconde ligne (malchanceusement déviée par Miazga) de Mathieu Maertens remet les équipes à égalité (2-2). 

Incapables de gagner 

Et alors qu'on pensait qu'Anderlecht allait s'en sortir par le chas de l'aiguille lorsqu'un penalty est sifflé sur une main de Tshimanga, le VAR éteint dans l'oeuf les espoirs de Saint-Guidon : pas de coup de réparation, pas de 3-2 ni de rédemption pour un Nmecha en difficulté.

Et un Anderlecht qui reste sur trois matchs sans victoire, dont deux nuls bien gênants à domicile ; la correctionnelle passera même à un cheveu quand Al-Tamaari, superbement monté, touche le poteau dans les arrêts de jeu. Il n'aurait plus manqué que ça : score final 2-2, et un RSCA qui reste loin des sommets. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos