Échec interdit face au Danemark : le scénario de Suisse-Belgique ne doit pas se reproduire

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Échec interdit face au Danemark : le scénario de Suisse-Belgique ne doit pas se reproduire

À un but à la 92e de Christian Eriksen près, la Belgique était déjà qualifiée pour le Final Four de la Ligue des Nations. Désormais, les Diables ne sont pas à l'abri d'un scénario "à la Suisse".

Inutile de vous infliger un nouveau flash-back vers novembre 2018 : cette trêve internationale nous en a déjà offert un avec la réception de la Suisse mercredi passé, près de deux ans après l'élimination en forme de gifle des oeuvres de la Nati alors qu'on pensait la qualification pour le Final Four acquise, surtout après le doublé de Thorgan Hazard. C'est ce mercredi, cependant, qu'il faudra absolument éviter d'avoir des crises d'angoisse en y repensant : face au Danemark, une défaite signifierait une élimination, tout simplement. 

"Si c'est possible ? C'est la Ligue A, donc le top européen, tout est possible. Ce que je veux voir, c'est une prestation maîtrisée", espère Roberto Martinez. "Le Danemark sera un adversaire compliqué, le fait qu'ils aient pris quelque chose en dernière minute contre l'Islande prouve leur motivation". Mais le sélectionneur l'affirme : ses joueurs également seront concentrés à 100% sur le match de mercredi et à l'idée de se hisser dans le Final Four pour la première fois. "Nous voulons vraiment gagner ce groupe. Tout ce qu'on peut faire, c'est gérer notre performance, être à notre meilleur niveau et tout se passera comme on le souhaite". 

"Que" la Ligue des Nations, mais une question de principe 

Certains relativiseraient l'importance de cette rencontre : après tout, que vaut une phase finale de Ligue des Nations et que vaudrait ce trophée, loin d'être "majeur" ? A coup sûr, une victoire en Nations League fin 2021 (après l'Euro, donc) ne nous consolerait pas si nous venions à ne pas gagner l'Euro 2020.

Mais manquer pour la seconde fois consécutive le dernier carré à cause d'une défaite lors de la dernière journée serait particulièrement malvenu. Si la "génération dorée" des Diables venait à tirer sa révérence sans le moindre trophée, on ne retiendrait que ses échecs - et le 5-2 en Suisse en fait déjà partie, au même titre que le Pays de Galles en 2016 et la France en 2018. Il est temps de passer un cap ... 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos