Interview Mathieu Cachbach enchaîne avec Seraing : "J'ai encore une belle marge de progression"

Entretien avec Mathieu Cachbach, le jeune belge qui s'impose dans le milieu du RFC Seraing

Mathieu Cachbach enchaîne avec Seraing : "J'ai encore une belle marge de progression"

Mathieu Cachbach a enchaîné trois titularisations depuis la reprise du championnat : le jeune milieu de terrain de 20 ans, prêté par Metz, a convaincu Jean-Louis Garcia. Walfoot s'est entretenu avec le natif d'Arlon.

Prêté par le FC Metz depuis l'été dernier, Mathieu Cachbach (20 ans) a pris son mal en patience, mais profite désormais de la nouvelle dynamique installée par Jean-Louis Garcia : le jeune milieu de terrain est titulaire depuis la reprise du championnat, et espère bien prouver qu'il a sa place à long terme dans l'entrejeu du RFC Seraing.

Bonjour, Mathieu. Tout d'abord, peux-tu nous dire comment tu te sens après les rencontres des dernières semaines ? C'est la première fois que tu enchaînes les matchs de ce niveau ...

Tout d'abord, j'ai été très heureux très content en voyant mon nom sur la composition d'équipe avant le match contre l'Union Saint-Gilloise. Après ça, tout s'est enchaîné très vite ... Mais je m'entraîne depuis 6 mois d'arrache-pied afin d'être prêt quand on ferait appel à mois. En Belgique, même quand tu ne joues pas, tu progresses, car le niveau des entraînements est très élevé. Je vis pour ça au quotidien, j'étais donc bien préparé. C'est juste une question de bien récupérer, bien s'hydrater, bien manger, parce que c'est vrai qu'on joue tous les 3-4 jours. Et bien sûr, ça a été beaucoup d'émotions en peu de temps. J'ai tout donné et après, c'est au coach de juger mes performances.

De ton côté, comment juges-tu tes performances, justement ? 

J'étais un peu timide au début, car c'était assez nouveau pour moi d'être titulaire et il m'a fallu prendre mes marques. Face à l'Union et Saint-Trond en première période, surtout, il y avait un peu de timidité ; contre le Beerschot, j'ai senti que je montais en puissance. J'ai réussi plus de gestes, j'ai su faire ressortir quelques ballons, j'étais plus à l'aise techniquement. Ma confiance vient aussi de la confiance que le coach place en moi. 

Il y a clairement eu un avant et un après trêve hivernale pour toi ; est-ce que ça se limite au changement de coach ? 

Disons qu'un changement de coach amène d'autres idées, d'autres perspectives et d'autres choix, ça peut faire du bien. Le fait que des joueurs soient partis à la CAN a aussi aidé à ce que je fasse partie des choix du coach et je veux désormais le convaincre que c'était la bonne décision. C'est mon objectif : prouver que même une fois l'effectif au complet, j'ai ma place dans le 11 et les qualités pour jouer. 

mathieu cachbach

Tu avais notamment manqué le match de Coupe contre Anderlecht, un choix de Jordi Condom alors que tu étais titulaire lors des deux matchs précédents ... Une grosse déception ? 

Oui et non. Oui, car en tant que jeune joueur, c'est ce genre de rencontre dont tu rêves ! Mais les choix du coach sont les choix du coach, il faut les respecter. Le plus décevant avait été l'élimination aux tirs au but, même si la Coupe n'était pas un objectif. 

Quelle est ta relation avec Jean-Louis Garcia ? 

Elle est très bonne. C'est un coach très minutieux et qui communique beaucoup, dès qu'il y a quelque chose qui ne va pas, il me le signale. Chaque détail est étudié, c'est très intéressant pour un jeune comme moi. J'ai encore une grosse marge de progression et le coach va m'aider dans cette optique. 

On dit souvent qu'un entraîneur qui arrive dans une équipe jouant le maintien doit aussi aider ses joueurs mentalement. 

Il a l'expérience pour gérer ce genre de situations, en effet, et c'est très important. C'est aussi pour ça que cette victoire face au Beerschot était cruciale. On restait sur une longue série de défaites et ça a fait beaucoup de bien au mental du vestiaire. Mais tout le monde ici sait que les résultats ne viennent que par le travail. On va tout faire pour prendre quelque chose ce samedi contre l'AS Eupen

Comment est l'ambiance dans le groupe malgré cette situation compliquée ? 

Elle a toujours été excellente ! Le vestiaire de Seraing se serre les coudes, c'est une bande de potes et ça, c'est très important dans cette situation. La victoire contre le Beerschot a fait du bien à tout le monde mais l'ambiance a vraiment toujours été bonne. Maintenant, on sait ce qu'on a à faire et on va tout donner sur le terrain : personne ne se croit arrivé. C'est évident que Seraing devra se battre jusqu'au bout, on ne pourra pas se permettre de se relâcher, même si on bat Eupen ce samedi. 

Garcia Jean Louis
© photonews

Et pour un jeune, qu'est-ce que ça fait de jouer le maintien ? Ce n'est pas ce dont on rêve en centre de formation ... 

Depuis 6 mois ici, je bosse comme un fou. Seraing est une équipe où tout le monde, y compris les jeunes, sait ce qu'il a à faire. Et pour nous, c'est une excellente école de formation aussi. Le fait que les résultats ne soient pas toujours là, qu'il faille se battre, que les installations ne soient pas toujours idéales, ça forge le caractère. 

La direction de Metz reste-t-elle attentive à ta situation ? 

Le directeur sportif du FC Metz (Philippe Gaillot, nda) est également en quelque sorte directeur sportif de Seraing et est attentif à chacune de nos prestations, oui. Il y a un véritable suivi avec les joueurs prêtés par Metz. C'est très positif car ça ne nous donne pas l'impression d'être des pièces rapportées, mis à l'écart du club auquel on appartient. Pour moi, c'est important, parce que c'est évidemment dans un coin de ma tête de m'imposer à Metz, où je suis parti dès mes 13 ans. 

Mais ça ne veut pas dire que je veux n'être qu'un joueur de passage à Seraing. Mon objectif aujourd'hui, c'est le maintien avec Seraing. On veut vraiment offrir ça aux supporters. 

Le football, c'est ma vie 

Des supporters que tu auras l'occasion de rencontrer un peu plus ce samedi: depuis tes premières titularisations en championnat, ils étaient absents ... 

Oui, c'était vraiment dommage qu'ils n'aient pas été là et quand j'ai été titularisé contre l'Union, j'ai eu une pensée pour eux. C'est spécial de jouer devant un stade vide. Je fais partie des joueurs qui s'épanouissent mieux devant du public. Ce samedi, ils seront là et nous pousserons au mieux contre Eupen, et on s'en réjouit. 

En début de saison, tu disais avoir noté la date du derby contre le Standard : tu espères bien le jouer, j'imagine !

Oh, vu notre situation, je veux jouer chaque match (rires) ! Ils seront tous très importants. Bien sûr, Sclessin est particulier, mais je ne me focalise pas sur un match désormais. Je veux juste tout donner et jouer autant que possible. Le football, c'est ma vie !

Tu n'as que 20 ans, tu es donc éligible pour l'équipe U21 belge ; en évoluant en D1A, c'est envisageable. Tu y as déjà pensé ?

Je n'ai jamais eu de contacts personnels avec l'Union Belge, mais je sais qu'en travaillant dur et en répétant les bonnes performances, je peux y prétendre. C'est un objectif, bien sûr, car défendre les couleurs de mon pays serait magnifique. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos