Brian Priske pointe du doigt le président de l'Antwerp Paul Gheysens : "La pression externe est une chose, mais la pression interne est bien pire"

Dennis Rosiers depuis Bosuilstadion
| 0 réaction
Brian Priske pointe du doigt le président de l'Antwerp Paul Gheysens : "La pression externe est une chose, mais la pression interne est bien pire"

Pendant la mi-temps d'Anderlecht-Antwerp : on a vu Brian Priske discuter en aparté avec Ritchie De Laet, Radja Nainggolan et Abdoulaye Seck. Un jour plus tard, Priske est revenu sur cette conversation.

"C'est 2022 : on le fait ensemble, c'est ma philosophie. J'ai la responsabilité finale et je suis le patron. Mais j'aime discuter des choses avec les garçons. Il est important qu'ils croient en ce que je voulais faire. Et ça a marché : j'ai vu une bonne réaction après la mi-temps. Maintenant, je lis ici et là que c'est négatif que je consulte les garçons, ce que je ne comprends pas du tout", a déclaré Brian Priske.

Pourtant, même les principaux acteurs n'ont pas réussi à faire tourner le moteur anversois. Ce n'est qu'après l'arrivée de Frey sur le terrainque le Great Old a commencé à être plus menaçant. "Nos hommes d'expérience sont occupés par leur propre match et essaient d'entraîner le reste de l'équipe. Mais il y avait aussi quelques jeunes entre les lignes : Pierre Dwomoh, Sam Vines, Alhassan Yusuf. Pour eux, c'est la première fois dans un club de haut niveau, où il y a beaucoup de pression pendant toute une saison."

Priske ne s'est pas privé de pointer du doigt son président Paul Gheysens. "La pression extérieure des médias et des fans est une chose et il y en a toujours une. Mais s'il y a aussi une pression interne, c'est encore pire."

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos