Poco ne peut pas rester sur le banc
PIERRE PIERRE CRAVATTE
| 0 réaction
Poco ne peut pas rester sur le banc
Photo: © SC

Deux options pour le back gauche : regagner sa place ou partir

C’est un secret de polichinelle : Sébastien Pocognoli peut partir durant ce mercato hivernal. La direction estime être parée au back gauche avec Jelle Van Damme et est peu encline à payer un salaire important pour un joueur qui est sur le banc. L’objectif de Roland Duchâtelet est au contraire de profiter de la période des transferts pour réduire la masse salariale. En stage à Lara, Sébastien Pocognoli a évoqué sa situation avec Mircea Rednic.

“J’ai discuté avec le coach lundi soir” , relate Poco . “Cela a été positif et constructif. On a parlé de ma situation, de ma blessure, de l’avant et de l’après. Il m’a dit qu’il comptait sur moi. C’est très motivant. Mais je sais qu’il faut prester et que c’est le meilleur qui joue. Le coach est direct, honnête et droit, il fera jouer les meilleurs. Je sais que si je retrouve mon niveau, le reste suivra.”

Comment avez-vous pris votre statut de réserviste alors que vous étiez rétabli de votre blessure et à 100 % ?

“Comme tout professionnel, comme tout compétiteur, je n’aime pas m’asseoir sur le banc. Surtout quand ce n’est pas à cause de mauvaises prestations mais à cause d’une blessure pendant laquelle beaucoup de choses ont changé (NdlR : changement de coach, notamment). L’équipe a trouvé une certaine stabilité. Je comprends la situation, mais je ne peux pas m’en contenter.”

Et si vous ne redevenez pas titulaire durant le mois de janvier ? Pourriez-vous insister pour partir ?

“Je ne réfléchis pas si loin. Je me concentre sur le stage, je ne pense qu’au sportif et donc j’espère que je n’aurai pas à me poser plus de questions.”

Mais vous n’étiez pas contre un transfert l’été dernier.

“Je n’étais pas absolument demandeur. La direction n’y était pas opposée, contrairement à l’été 2011 où elle avait mis son veto. L’été dernier, il y a eu de l’intérêt, mais il n’y a pas eu d’accord. Si je pars, c’est pour être mieux qu’au Standard. Or je suis très bien ici. La plus belle chose que j’ai gagnée au Standard, c’est la reconnaissance des supporters. Je le répète, je suis prêt à prolonger, mais je sais que mon contrat rend la situation complexe, que le Standard pense peut-être à récupérer de l’argent avant qu’il ne soit trop tard. On n’a pas encore eu de discussion avec la direction. Je me concentre sur mon retour.”

Vous êtes encore tenté par l’étranger, notamment parce que cela peut influencer votre statut en équipe nationale ?

“Oui, je suis encore tenté par l’étranger. C’est vrai qu’évoluer dans un grand championnat peut faciliter les choses, mais cela ne fait pas tout. Pour moi, il faut regarder les qualités du joueur, pas du championnat.”

Van Damme est un concurrent supplémentaire chez les Diables...

“Je ne pense pas à cela. Ma priorité, c’est de prester à nouveau avec le Standard. Là aussi, Jelle est un concurrent direct. Mais il ne faut pas oublier qu’on a aussi fait de très bons matches ensemble. Est-ce envisageable de rejouer médian gauche ? Non, c’est trop tard.”


 

Plus d'infos

Plus d'infos