Lukaku en sauveur de la nation
Olivier Baute
| 0 réaction
Lukaku en sauveur de la nation
Photo: © Photonews

28 ans après, la Belgique se retrouve parmi les huit meilleures nations du Monde. Elle a également montré qu'elle montait en puissance dans le tournoi. Tous les espoirs sont permis.

Belgique face aux Etats-Unis, David contre Goliath au niveau des puissances économiques, mais un statut de favoris pour les Diables face à une des belles surprises du premier tour. Origi, préféré à Lukaku pour débuter la rencontre, donnait rapidement raison à Marc Wilmots en se frottant à Howard. La Belgique était maitre de son sujet et s'offrait quelques possibilités avec Vertonghen et Hazard. Mais, à l'image des premiers matches des Diables durant cette phase finale au Brésil, le ballon ne voulait pas rentrer dans le but adverse en première période.

Les Etats-Unis n'étaient pas en reste en première période, mais l'avantage était Belge. Le deuxième acte sera encore plus dominé par nos Diables qui se heurtaient à un Howard intraitable et souverain face aux Mertens, Origi, Hazard, Mirallas et même Kompany en fin de rencontre. Juste avant la nonantième, les USA manquaient à leur tour l'inmanquable, Courtois sortant brillamment le ballon.

Comme le Brésil, comme l'Allemagne, comme l'Argentine, la Belgique et les Etats-Unis devaient se farcir les prolongations. Wilmots faisait monter au jeu Lukaku pour Origi et cela payait d'entrée avec une belle percé de l'attaquant de Tottenham sur le flanc droit ponctuée par un centre en retrait en direction de De Bruyne qui ne se faisait pas prier pour ouvrir la marque d'une belle frappe croisée au ras du sol.

Les Etats-Unis étaient obligées de sortir. Vertonghen avait une belle possibilité de doubler la mise, mais tergiversait. Le coup de poignard venait à nouveau du duo Lukaku-De Bruyne. Le second remontait un ballon avant de servir le premier dans le rectangle. La frappe en pleine course de Lukaku trompait Howard pour la deuxième fois, au meilleur moment, juste avant la fin de la première prolongation.

Pourtan, les Stars and Stripes n'abdiquaient pas et réduisait l'écart à la reprise par le remplaçant Green, les Diables étaient pris à froid. Les Etats-Unis partaient alors à l'assaut du but de Courtois. La Belgique subissait le jeu, mais s'offrait quelques possibilités en contre. Hazard sortait pour Chadli, les minutes s'égrènaient, paraissaient interminables avant la délivrance, la Belgique affrontera l'Argentine en quart de finale de la Coupe du Monde.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos