Une D1 amateur peu francophone

Julien Denoël
| 0 réaction
Une D1 amateur peu francophone

Les derniers résultats sont presque tous tombés pour la future D1 amateur et on peut désormais y voir plus clair. Sur les seize futurs clubs, très peu viendront du sud du pays. On fait le point.

Hier soir, Sprimont a validé son billet pour la D1 amateur. Il rejoint ainsi Dender, le Beerschot, Oozterzonen, Seraing, Virton, Dessel, Geel, Deinze, Heist, Patro Eisden, Coxyde, Hamme et Oudernaarde. Le tour final de D3 doit encore désigner une dernière équipe, entre La Louvière et Hasselt tandis que le cas du White Star n’est pas définitivement réglé.

Sur les 16 équipes, il y en aura 3 francophones de certain, voire 4 ou 5 selon les cas de figure. Bref, c’est très peu. Mais, dans cette série, que peuvent espérer nos clubs ?

Seraing

Les Sérésiens s’étaient fixés comme objectif de figurer dans la future D1B. C’est raté. L’an prochain, le club de la banlieue de Liège évoluera au niveau amateur le plus haut avec certaines ambitions. Le partenariat avec Metz est loin d’être terminé, que du contraire. Le club aimerait donc retrouver la D1B le plus rapidement possible.

Le noyau formé devrait revêtir des accents plus locaux tout en misant, aussi, sur l’un ou l’autre prêts venus de Moselle. Seraing avait obtenu la licence pour la D1A, il ne risque donc pas d’être bloqué en cas de bonne saison.

Virton

Après une superbe saison en D2, on voulait faire aussi bien et terminer dans le top 8. Mais les Gaumais, comme les Sérésiens, ont rapidement déchanté. Largué en championnat, l’ancien club de Renaud Emond et Thomas Meunier a dû se résoudre à évoluer, l’an prochain, en D1 amateur.

Virton n’avait pas obtenu la licence pour la D1A mais bien pour la D1B. Sans changer sa ligne de conduite qui a fait son succès ces dernières années, le club de la province du Luxembourg ambitionnera de bien se placer et, pourquoi pas, accrocher la montée.

Sprimont

Récent « promu », Sprimont débarquera en D1 amateur avec des objectifs clairs : se maintenir et se faire plaisir. Le noyau actuel tient bien la route et les hommes de Christophé Grégoire devrait vivre une saison tranquille.

Au Tultay, on ne vise pas la D1B. Mais on veut quand même jouer les premiers rôles dans un futur relativement proche.

La Louvière et le White Star

La Louvière pourrait bien être le 4e club francophone de la D1 amateur. Les Loups doivent jouer une importante double confrontation contre Hasselt. Le vainqueur de ce duel sera assuré de se maintenir au 3e échelon national tandis que le perdant devra attendre une décision quant au sort du White Star.

Les Etoilés ont en effet déclaré, par la voix de John Bico, qu’ils ne joueraient pas à ce niveau et arrêteraient les frais en cas de relégation. Bico espère toujours obtenir la licence pour jouer en D1A voire, dans le pire des cas, en D1B. Mais comment souvent avec le White Star ces derniers mois, on est actuellement dans le flou.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos