C1: Meunier et Carrasco sur du velours, Mertens peut espérer, De Bruyne doit se méfier

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
C1: Meunier et Carrasco sur du velours, Mertens peut espérer, De Bruyne doit se méfier
Photo: © photonews

La phase aller des huitièmes de finale de C1 a vécu. Et elle a réservé de sacrés matchs de football, qui augurent du meilleur pour le retour!

Meunier et Carrasco ont neuf orteils en quarts

LE match qui a marqué les esprits lors de ces huitièmes de finale aller, c'est bien évidemment le choc entre le Paris Saint-Germain et le FC Barcelone. On s'attendait à voir Thomas Meunier galérer face à Neymar, et si le défenseur a humblement reconnu avoir parfois été "pris de vitesse" par son opposant direct, il a surtout fait le buzz avec son double-contact sur le Brésilien suivi d'un déboule de soixante mètres et d'un assist pour Cavani. Après le 4-0 du match aller, on voit mal comment le Barça, apathique, pourrait retourner la situation.

Même constat pour Yannick Carrasco, auteur d'un bon match mais surtout facile vainqueur du Bayer Leverkusen, en déplacement, sur le score de 2-4. Les Allemands, s'ils sont habitués à sortir des poules, réussissent rarement d'exploits en Ligue des Champions et on peut aisément classer ce duel parmi les "pliés ou presque". Et que dire, bien sûr, de la démonstration du Bayern Munich face à Arsenal (5-1)? Les Gunners ont d'ores et déjà condamnés à l'exploit improbable d'en planter quatre aux Bavarois. Autre équipe dont on imagine peu qu'elle renverse la vapeur: Porto, défait 0-2 à domicile par une Juventus cynique et qui n'encaissera probablement pas deux buts à Turin.

Dries Mertens peut y croire, City ne doit pas se croire arrivé

Le Napoli ne méritait probablement pas d'en prendre trois sur la pelouse du Real Madrid. Après avoir mené au Santiago Bernabeu et surtout après avoir manqué plusieurs occasions d'inscrire un but de plus, qui aurait eu une importance capitale, les Partenopei sont rentrés avec trois buts dans les valises (3-1). Mertens lui-même y a été de son loupé. Mais au vu de la physionomie du match et de la forme hésitante du Real, battu à Valence hier, le match retour pourrait valoir le coup d'oeil.

L'autre rencontre dont tout le monde se souviendra nous a également été offerte par une équipe de Ligue 1: l'AS Monaco a marqué les esprits à Manchester, proposant un football ultra-offensif mais malheureusement très naïf derrière. Menant par deux fois sur la pelouse des Citizens, les Monégasques en ont finalement pris cinq (5-3). Et Kevin De Bruyne, bien peu en vue lors de cette orgie de buts, peut décemment rêver à un quart de finale... mais devra rester méfiant devant la meilleure attaque d'Europe.

Enfin, deux rencontres sont particulièrement ouvertes pour le retour: Benfica a fait le job à domicile (1-0) mais devra se méfier de l'armada offensive du Borussia Dortmund, tandis que du côté de Leicester City, on espère sauver une saison particulièrement morose après le titre en décrochant une qualification qui semble à portée après avoir limité la casse à Séville (2-1). Deux rencontres qui ne passeront peut-être pas sur nos écrans mais seront peut-être parmi les plus serrées!

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos