Genk devra se contenter d'un nul qui laisse des regrets aux deux équipes
Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction

Genk et le Slavia auront des regrets (0-0)

Genk devra se contenter d'un nul qui laisse des regrets aux deux équipes
Photo: © photonews

Genk se sera procuré les meilleures occasions, mais aura également été surclassé dans le jeu par le Slavia Prague dans un match paradoxal, mais qui s'achève sur un nul vierge.

Drôle de contexte pour Genk que ce déplacement au Slavia Prague alors que son maître à jouer est en instance de départ ; intégré au groupe pour ce seizième de finale, Alejandro Pozuelo est sur le banc au profit de Fiolic pour débuter la rencontre. Est-ce l'une des raisons du début de match timoré des Limbourgeois ? Peut-être.

Toujours est-il que le Slavia Prague, emmené par son capitaine Miroslav Stoch et son attaquant international Milan Skoda, prend le jeu à son compte et que le leader du championnat de Belgique est d'une imprécision rare pendant une bonne demi-heure. Stoch finit par toucher le poteau (19'), ce qui fait s'ébrouer Genk. Sur l'un des contres menés par Trossard et Ndongala, le premier finit par trouver le poteau à son tour (32') ; l'association De Norre / Trossard sur la gauche équilibre progressivement les échanges. 

Ceux qui espéraient une balade genkoise en sont donc pour leurs frais, mais l'axe Aidoo-Dewaest se montre solide et permet aux Belges de tenir le coup. Clément, cependant, se rend compte qu'il manque l'étincelle : rapidement, un Fiolic peu en réussite (mais loin d'être catastrophique) cède sa place en seconde période à Alejandro Pozuelo, applaudi par son public. L'effet est immédiat : l'Espagnol est incisif et impliqué, provoquant un but de Trossard annulé (justement) pour hors-jeu (60'). 

L'effet Pozuelo

Le Slavia réplique, Skoda forçant Vukovic à deux arrêts dans les dix minutes qui suivent, mais Pozuelo continue de semer la zizanie, trouvant une nouvelle fois De Norre dans la profondeur. Le back gauche, brillant ce jeudi soir, perd son face-à-face avec Ondrej Kolar. La rencontre se débride et le Slavia pousse, trouvant les espaces trop facilement. 

Genk finira le match comme il l'a entamé : acculé dans son camp et peu précis dans ses reconversions offensives. Samatta, notamment, sera plus souvent occupé à défendre qu'à amener le danger devant. Si bien que la rencontre se terminera sur un constat paradoxal : si les meilleures occasions ont été limbourgeoises (le but annulé, le poteau, le face-à-face de De Norre), le Slavia peut nourrir bien des regrets, n'ayant pas pu transformer une domination physique et territoriale nette en avance qui aurait été au final méritée. Score final : un 0-0 plaisant et, surtout, très positif pour Genk en vue du match retour. 

Plus d'infos

Plus d'infos