Adrien Trebel et Anderlecht : un divorce prévisible ?

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Adrien Trebel et Anderlecht : un divorce prévisible ?
Photo: © photonews

Adrien Trebel a donc été envoyé dans le noyau B au Sporting d'Anderlecht. Son excellente préparation laissait pourtant quelques doutes, mais l'issue semblait inéluctable.

Comme tout Anderlecht, Adrien Trebel a traversé la saison 2018-2019 avec énormément de zones de turbulence. Sa blessure l'a tenu écarté des terrains très, trop longtemps et à son retour en playoffs, le milieu de terrain n'a pas réussi à porter l'équipe comme on l'espérait. Si son manque de rythme était bien naturel, son étonnante discrétion et son apparent manque de révolte ont surpris de la part d'un joueur dont on attend qu'il mène le vestiaire. 

L'ombre de l'affaire Bayat 

Adrien Trebel s'était placé en porte-à-faux par rapport à sa direction dès qu'il avait effectué le geste des "menottes" après son but contre Waasland-Beveren (4 novembre 2018). Une célébration pour soutenir son agent et surtout ami Mogi Bayat, alors placé en détention provisoire dans le cadre du Footgate ; Marc Coucke, de son côté, tenait à son rôle de chevalier blanc du football belge dont l'armure immaculée risquait fort quelques taches suite à ce geste. 

Les déclarations des uns et des autres calmaient le jeu, mais si les relations entre Mogi Bayat et Anderlecht se sont détendues, Trebel comme Kara (tous deux envoyés dans le noyau B) semblent encore et toujours faire partie de ce passé récent durant lequel l'omnipotent agent plaçait tous ses pions au Parc Astrid. 

Un salaire mirobolant 

Quelle différence une année peut faire : fin août 2018, Anderlecht offrait pourtant à Trebel le plus gros salaire de l'histoire du club. Mis en place par Luc Devroe, ce contrat de cinq ans, courant jusqu'en 2023, à 2 millions d'euros par an s'avère très certainement un poids à l'heure actuel pour le tandem Coucke-Verschueren. Car s'il permet de demander un beau montant aux clubs intéressés, il rend la vente plus compliquée. 

Difficile cependant d'imaginer qu'il n'y aura pas de vente, si possible pour un montant intéressant. Les arrivées de Vincent Kompany, Michel Vlap et Samir Nasri ont fait gonfler les dépenses salariales et se libérer de 2 millions annuels fera énormément de bien. 

Pas de place dans le noyau ? 

Les matchs de préparation ont montré un Adrien Trebel revigoré : le Français était l'un des meilleurs Mauves face au RWDM et à Oudenaarde, et l'un des seuls laissés sur le terrain par Kompany en seconde période face à l'Ajax. Pourtant, le système mis en place pourrait finir par l'écarter. 

Vincent Kompany veut en effet jouer avec un 6 et deux 10, sans réel milieu relayeur ou box-to-box, le rôle de Trebel. Vlap, Nasri, Kayembe, Kums, Gerkens, Lokonga, Sandler qui arrive et peut jouer en sentinelle : tout ce beau monde amène beaucoup de concurrence et on sait qu'Anderlecht veut à tout prix que des jeunes se révèlent chaque saison. 

Adrien Trebel est une personnalité forte, qui doit être épanoui au sein d'un vestiaire et d'un projet pour être un adjuvant à l'équipe. Rester pour être dans l'ombre n'est pas forcément un rôle qui colle à un joueur ayant porté le brassard au Standard et à Anderlecht. Le divorce semblait presque annoncé et pourrait bien profiter aux deux parties ...

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos