Analyse 🎥 L'œil du referee : "L'arbitre de Cercle Bruges - Standard a pris une décision erronée"
Malik Hadrich
Malik Hadrich
| 0 réaction

L'œil du referee : "L'arbitre de Cercle Bruges - Standard a pris une décision erronée"

🎥 L'œil du referee : "L'arbitre de Cercle Bruges - Standard a pris une décision erronée"

Cette saison, nous avons décidé d'ajouter une page "arbitrage" à notre contenu rédactionnel. Pour jouer le rôle de consultant, nous avons fait appel à Fares Bouguecha. Celui-ci est notamment actif en D1 tunisienne. Histoire d'avoir un regard neuf et indépendant sur les prestations de nos referees !

Pour notre analyse des décisions arbitrales importantes, nous n'avons pas pris en compte les situations de hors-jeu.  Celles-ci ne peuvent plus souffrir d'aucune contestation depuis que le VAR dispose d'une ligne de démarcation précise. 

Néanmoins,  deux rencontres ont attiré notre attention lors de la première journée de la saison 2019-2020 en Jupiler Pro League : Cercle Bruges - Standard Liège et KVRS Waasland-Beveren - FC Bruges.

Cercle Bruges - Standard Liège

Lors du match entre le Cercle de Bruges et le Standard, l'arbitre Alexandre Boucaut a attribué un penalty en faveur des Liégeois et une carte rouge à un défenseur brugeois.

En ce qui concerne la première phase de jeu, notre analyste Fares Bouguecha est clair et net : "La décision est erronée."  Pour expliquer son point de vue, il note avec précision un geste qui est passé inaperçu par bon nombre d'observateurs : "L'attaquant a tout d’abord contrôlé le ballon à l’aide de son bras gauche.  C'est facilement vérifiable en zoomant l'image.  L’arbitre aurait dû donner un coup franc direct à l’équipe défendante.  Sans carton jaune."

Et même sans tenir compte de cela, il estime que l'action qui a suivi ne méritait pas d'être sanctionnée d'un penalty : "Le contact corporel est très minime.  L’attaquant en a rajouté énormément.  Et comme le foot est un sport viril, l’arbitre aurait dû laisser jouer."

Pour notre interlocuteur, cette double erreur aurait pu être évitée : "L’arbitre n’a pas choisi le meilleur emplacement pour se faire une idée correcte de l'action.  Il aurait dû être légèrement en retrait (en dehors de la surface de réparation) pour avoir un angle de vue dégagé."

Mais Alexandre Boucaut n'est pas le seul fautif sur ce coup-là : "Le VAR aurait dû intervenir.  Surtout pour la faute de main !  Il a l'obligation de le faire dans ce cas-là."

Un autre point a également suscité la réaction de notre consultant : la couleur du maillot de l'arbitre principal : "Elle porte à confusion.  Elle est très proche de l’équipe qui jouait en rouge.  Il aurait dû choisir une autre couleur.  Compte tenu des couleurs présentes sur le terrain de jeu, il aurait dû choisir le noir ou le bleu.  Mais cela dépend forcément des maillots mis à disposition par la Fédération belge."

Alexandre Boucaut aurait également pu demander au Standard de jouer avec son deuxième jeu de maillot.  Par contre, sa deuxième carte jaune distribuée à Julien Serrano en fin de match était logique selon Bouguecha : "Le défenseur a commis une faute avec imprudence sur l’attaquant.  Par conséquent, il convenait  d’indiquer un coup franc direct et de donner un carton jaune au fautif comme le stipule la réglementation."

KVRS Waasland-Beveren - FC Bruges

En ce qui concerne le match entre Beveren et Bruges, un penalty a été accordé à chaque équipe.  A deux reprises, il s'agissait d'une faute de main.  Et à deux reprises, l'assistance vidéo a dû interpeller l'arbitre principal Lothar D'hondt pour qu'il réexamine les deux phases de jeu.

"Dans les deux cas, la décision du VAR était correcte" estime le referee tunisien.  "Le défenseur est en mouvement.  Sa main est décollée de son corps.  Elle a augmenté sa surface corporelle.  Le défenseur a pris un risque et il a touché délibérément le ballon de la main.  Conclusion : penalty et carton jaune."

Plus d'infos

Plus d'infos