Michael Murillo, l'arrivée surprise ... qu'il fallait à Anderlecht ?

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Michael Murillo, l'arrivée surprise ... qu'il fallait à Anderlecht ?

Anderlecht a anticipé le mercato hivernal : Michael Amir Murillo est arrivé à Bruxelles un peu à la surprise générale pour renforcer le poste d'arrière droit. Une bonne idée.

Commençons par l'évidence : aucun d'entre nous ne peut présumer du niveau de Michael Murillo (23 ans) de manière fiable, à moins de s'être spécialisé récemment dans la Major League Soccer. Seules données évaluables, le fait que le défenseur panaméen était un titulaire régulier avec les NY Red Bulls en MLS durant plusieurs saisons consécutives, montrant de réelles qualités offensives (8 assists, 4 buts toutes compétitions confondues) et se faisant même une place au sein du onze des MLS All Stars en 2018. 

L'année 2018 sera d'ailleurs la meilleure de Michael Amir (le nom floqué sur son maillot) Murillo : en plus de cette participation aux All-Stars qui le verra affronter la Juventus de Turin, le Panaméen fera partie du onze-type de la Ligue des Champions de la CONCACAF, à la faveur surtout d'une superbe prestation (deux assists) en quarts de finale contre Tijuana. Quelques mois plus tard, il sera titulaire lors du premier match de Coupe du Monde l'histoire du Panama, face à la Belgique - comme un signe. Murillo manquera même d'ouvrir le score pour le petit poucet, perdant son face-à-face avec Courtois. 

Un arrière droit ? Une nécessité 

Murillo est-il pour autant taillé du bois dont se chauffe la Pro League ? L'histoire prouve que les joueurs ayant brillé en MLS sont généralement adaptables à notre championnat : Andy Najar, sa fragilité mise à part, est l'un des transferts les plus intéressants de l'histoire récente du RSCA et plus près de nous encore, Cyle Larin, phénomène aux USA, est devenu un joueur important de Zulte Waregem (après un passage bref et manqué au Besiktas). 

Et surtout, le nouvel anderlechtois présente un profil bien nécessaire au sein du groupe. Alexis Saelemaekers n'est plus considéré comme un arrière droit depuis cette saison, ce qui laissait deux options dites "de formation" au back droit pour Franky Vercauteren : Andy Najar, blessé et sur une voie de garage, et Anthony Vanden Borre dont la date de retour en forme est un véritable mystère. 

Résultat : Kompany, puis Vercauteren ont fait avec les moyens du bord. Killian Sardella n'a pas démérité, mais à 17 ans et pas à son poste, il n'est pas l'option du long terme ; Derrick Luckassen, plein de bonne volonté et objectivement pas mauvais au vu de ses qualités nettement plus adaptées à un poste de défenseur central, montre tout de même ses limites offensivement. Si l'efficacité est un vrai problème à Anderlecht, le poste d'arrière latéral (car tant que Cobbaut est nécessaire dans l'axe, le back gauche restera aussi un point d'interrogation) en était un autre et Michael Murillo arrive pour tenter de le combler. Reste à avoir le niveau, mais les signaux semblent au vert ... 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos