Analyse Droits TV et nouveaux horaires calqués sur les grands championnats ? Les supporters avertissent

Redaction
| 0 réaction
Droits TV et nouveaux horaires calqués sur les grands championnats ? Les supporters avertissent

L'Antwerp ayant finalement donné son accord sur la manière de partager le juteux butin des droits TV, Eleven Sports pourra, dès la saison prochaine, avoir la mainmise sur ceux-ci. Et le groupe britannique a déjà quelques idées en tête... qui ne seront pas toujours aux goûts des supporters.

Des matchs le samedi après-midi et le dimanche midi ?

Une de celles-ci est de mettre en place de nouveaux horaires, de telle manière que le calendrier "limite les chevauchements au maximum", d’après les informations de Sport Foot Magazine. Des matchs pourraient alors avoir lieu le samedi dès 16h, d’autres être repoussés à 21h. Les rencontres du dimanche pourraient subir le même sort : premier match à… midi, dernier à 21h.

Des horaires calqués sur les grands championnats européens  

Si ces pratiques sont devenues courantes dans les cinq grands championnats européens – pour des raisons de contrats TV, mais aussi de sécurité en ce qui concernent la Bundesliga et la Premier League -, la JPL était relativement épargnée jusqu’ici. Certes quelques modifications avaient d’ores et déjà eu lieu pour réduire le nombre de matchs disputés simultanément. Mais les supporters belges se rendant dans les stades sont toujours épargnés de déplacement le lundi soir, comme c’est le cas en Espagne par exemple.

Pas du goût des supporters 

Le Président de la Liga, Javier Tebas, est l’un des plus ardents protagonistes d’une telle répartition. La Liga est ainsi devenu le championnat avec le plus de matchs en semaine. Ce qui n’est pas du goût de tous les supporters. Les Iraultza 1921 d’Alaves ont initié une campagne « Tebas, casse-toi ! » pour s’y opposer. Ainsi, de nombres groupes de supporters ont suivi la danse pour protester contre ces nouveaux horaires : entrée dans le stade retardée, coups de sifflet émanant des supporters y compris rivaux, et divers tifos. Les supporters basques, par exemple, qui doivent parfois réaliser 1.000 kilomètres en semaine pour suivre leur équipe de cœur, en sont venus à laisser leur tribune vide pour protester. "Le football appartient aux supporters, pas aux diffuseurs" :

En Allemagne également, les supporters ont souvent protesté contre l’horaire des rencontres imposées par les nouveaux groupes TV. Un exemple parmi tant d’autres : cette saison, les supporters de l’Eintracht Francfort ont lancé des fumigènes sur la pelouse pour suspendre une rencontre qui avait lieu un lundi soir. Symboliquement, ils ont fait arrêter le match après 15 minutes et 30 secondes de jeu. 15h30, un horaire souvent d’application en Allemagne :

Après les horaires, le prix des billets ?  

La financiarisation du football et les sommes records en jeu ont souvent eu d’autres conséquences néfastes pour les supporters. Plus évident encore est l’augmentation drastique du prix des billets. Ainsi, un abonnement en Premier League coûte en moyenne 1.100 euros la saison. Un match de Liga grimpe souvent aux alentours de 60 euros la place, le championnat espagnol étant devenu le deuxième du monde avec les billets les plus chers.

Pour le moment, la Jupiler Pro League est préservée. Les clubs et associations de supporters s’étant mis d’accord pour fixer un plafond à 21 euros pour les tickets à l’extérieur, par exemple. Seulement, les grands championnats européens le prouvent, une modification des horaires va souvent de pair avec une augmentation du prix des billets. Reste, qu’heureusement, les supporters ont encore leur mot à dire.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos