Interview Jonathan Heris a préféré le défi eupenois au soleil de Chypre : "Une opportunité inattendue"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Jonathan Heris a préféré le défi eupenois au soleil de Chypre : "Une opportunité inattendue"
Photo: © photonews

Surprise du côté de l'AS Eupen cette semaine : le Belge Jonathan Heris revient au pays, lui qu'on pensait parti pour Chypre. Il nous a expliqué ce retournement de situation, et sa préférence pour un défi sportif.

Début juin, nous contactions Jonathan Heris (29 ans), pour évoquer sa situation à Ujpest : après plusieurs années en Hongrie, l'ancien de l'AFC Tubize, en fin de contrat, rêvait de soleil. Contacté par le RWDM, il privilégiait des pistes à Chypre ou en Israël. L'idée : prendre du plaisir et offrir des conditions de vie positives à sa femme et sa fille. Le 26 juin, le Nea Salamis Amochostos officialisait l'arrivée de Heris ... qui débarque finalement à l'AS Eupen cette semaine. 

Bonjour Jonathan. Peux-tu nous expliquer les raisons derrière ce changement de dernière minute ? Que s'est-il passé à Chypre ? 

J'avais signé mon pré-contrat à Chypre quelques jours avant la fin de saison en Hongrie. Le deal a ensuite été officialisé par Salamis ... mais j'avais alors reçu via mon agent une offre inattendue : on me proposait un défi en D1A, à l'AS Eupen. J'y ai donc réfléchi et ça me semblait impossible à refuser. Ca a pris quelques jours, car Eupen a dû régler quelques détails avec le club chypriote, mais ils ont finalement trouvé un accord. 

Il n'y a donc pas eu de malentendu avec le Nea Salamis, pas de problème ? 

Ils étaient déçus, bien sûr. Mais Eupen les a compensés financièrement, ils ont donc fini par accepter. Oui, ça veut dire qu'Eupen m'aurait eu gratuitement s'ils étaient arrivés plus tôt (rire). 

Tu nous expliquais il y a un mois et demi que tu voulais du soleil, que ton passage en Hongrie t'avais un peu fatigué et s'était éternisé ... 

... Mais à l'époque, signer en D1A, c'était un défi que je ne pensais pas pouvoir relever. Je n'en ai pas parlé à ma femme directement, nous nous sommes rendus à Chypre, mais elle a vite compris que quelque chose clochait ... Je lui ai donc expliqué la situation et elle a bien compris que pour ma carrière, c'était la meilleure option. 

Signer à Chypre, dans un petit club, c'était pour ainsi dire l'anonymat. La D1 belge t'offrira probablement plus d'options à moyen et long terme ... 

Voilà, c'est exactement ce qui a été notre réflexion. Je suis encore jeune, rien ne m'empêche, à terme, de rejoindre la destination au soleil qui nous faisait tant rêver. Là, je relève un énorme challenge, mon premier en D1 belge. Ma femme le comprend et si Eupen n'est pas vraiment exotique, c'est une très jolie petite ville où nous nous sentons bien. 

Tu arrives à quelques jours d'un amical contre l'Union. Tu te sens prêt ? 

Prêt, oui, j'ai eu l'occasion de participer à quelques sessions d'entraînement à Chypre avant de partir. Mais je ne sais pas si je jouerai. Le coach a l'air assez confiant, il espère que je pourrai amener mon expérience à un groupe assez jeune - même si je ne suis pas si vieux (rires). Il compte aussi sur ma polyvalence. Je suis défenseur central, mais il me voit remplir plusieurs rôles. 

Comme je le disais, c'est un énorme challenge. Eupen veut faire mieux que lutter pour son maintien et mon objectif sera de faire quelques bons matchs (rires). Le niveau est plus élevé que ce que j'ai connu en Hongrie, et Eupen est un club très professionnel. Je suis très content de cette opportunité. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos