Jonathan Heris, coincé en Hongrie : "Le RWDM me veut, mais j'ai envie de soleil"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Jonathan Heris, coincé en Hongrie : "Le RWDM me veut, mais j'ai envie de soleil"

Jonathan Heris (29 ans) évolue en Hongrie depuis 2013, revenu à Ujpest l'été passé après un passage à Puskas Akademia. Un séjour qui s'éternise au pays des Magyars, mais qui devrait prendre fin au terme de cette saison.

Jonathan Heris débarque à Ujpest en 2013 en provenance de l'AFC Tubize, sous l'impulsion du président Roderick Duchâtelet, fils de Roland. Il ne prévoyait naturellement pas d'y rester près de sept ans. "Non, le projet n'était clairement pas de rester si longtemps (rires). Roderick (Duchâtelet) m'avait dit à l'époque que c'était un tremplin, une façon de me tester pour voir si je pouvais percer dans l'un des autres clubs familiaux, comme le Standard ou Charlton", nous raconte-t-il dans la foulée d'un entraînement avec Ujpest, alors que le championnat hongrois a repris depuis un peu plus d'une semaine. 

Et au début, l'idée ne lui déplaît pas. "Ca m'a permis de changer un peu d'air, il y a l'excitation de la nouveauté, de quelque chose de totalement différent", reconnaît Jonathan Heris. Puis, de fil en aiguille ... "J'ai fini par rester trois saisons à Ujpest ... puis j'ai signé à Puskas Akademia (petit club du village de Felcsùt)", où j'ai joué deux années. Si je devais avoir un regret, c'est de ne pas avoir quitté la Hongrie à ce moment-là. C'était une connerie", lâche le défenseur. 

Du soleil pour sa famille 

Bien sûr, les regrets ne sont pas complets : "Je ne peux pas dire qu'il n'y a que du négatif ! J'ai rencontré ma compagne ici et nous avons une petite fille de 13 mois. C'est un bonheur indescriptible que je n'aurais pas connu sans cette expérience en Hongrie", souligne Heris. Peu après la naissance de sa fille, il retourne à Ujpest l'été passé. 

"J'ai essayé de quitter la Hongrie parce que, honnêtement, j'ai fait le tour. Finalement, je suis revenu ici pour une saison, je connais le club, qui avait besoin d'un défenseur", explique l'ancien du RWDM et de Tubize ... qui ne compte pas s'éterniser. "J'arrive en fin de contrat en juin et je ne resterai pas. Mon objectif est de reprendre du plaisir, de trouver un club au soleil afin que ma famille puisse en profiter aussi". 

Le RWDM le voudrait absolument 

Un retour en Belgique n'est donc a priori pas au programme. "Je me suis toujours dit que j'y retournerais en fin de carrière. Là, je suis encore jeune et j'espère que mes plus belles années sont à venir. Franchement, j'ai eu une carrière assez difficile : faillite au White Star, difficultés financières au RWDM et à Tubize ... Je veux prendre du plaisir". Pourtant, un de ses anciens clubs frappe à la porte : "Thierry Dailly me veut absolument au RWDM, mais je lui ai expliqué la situation et il comprend bien". 

Quelles pistes, donc, pour Jonathan Heris ? "Chypre, Israël ... Un pays ensoleillé ! Mais bon, on verra quand la saison sera terminée avec Ujpest, je me concentre d'abord sur ça. Je veux juste un autre avenir pour ma petite fille". Et sa femme, hongroise, acceptera-t-elle de quitter son pays ? "Elle regarde les appartements à l'étranger tous les jours. Elle a encore plus hâte que moi (rires). Maintenant, il n'y a rien de concret. Mon agent a quelques contacts à Chypre, on verra bien ce qui se fait cet été". 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos