André-Pierre Gignac pousse un gros coup de gueule après l'élimination de la France aux JO

Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction
André-Pierre Gignac pousse un gros coup de gueule après l'élimination de la France aux JO
Photo: © photonews

Après l'élimination de la France aux Jeux Olympiques, l'attaquant a regretté l'attitude des clubs qui ont choisi de retenir leurs joueurs cet été.

Les Jeux Olympiques, c'est déjà fini pour l'équipe de France. Après une défaite face au Mexique (1-4) et une victoire contre l'Afrique du Sud (4-3), les Bleus rentrent à la maison en terminant à la troisième place du groupe A.

Face au refus de nombreux clubs de lâcher leurs joueurs pour ce tournoi olympique, dont les dates ne font pas partie du calendrier FIFA, le sélectionneur Sylvain Ripoll avait dû bricoler une liste à la dernière minute. La présence de joueurs expérimentés comme André-Pierre Gignac, Florian Thauvin ou encore Téji Savanier n'aura pas suffi à effacer le manque d'automatismes dans cette équipe. "C'était compliqué de A à Z, il faut dire ce qui est", a confié Gignac dans des propos relayés par L'Équipe. "On a essayé, on a tout donné, mais les équipes sont prêtes, collectivement, et physiquement. (…) Quand tu prends onze buts, ce n'est pas facile, et on a vu que prendre au sérieux les Jeux, c'est important. Ça fait mal, car ce groupe a envie et donne beaucoup de choses, et au final il n'y a rien pour nous car les autres sont meilleurs", a expliqué l'ancien joueur de Toulouse et de l'OM.

"Je ne veux pas trouver d'excuses. J'ai dit que je partais à la guerre avec ce groupe, et je le fais jusqu'à la fin. Mais j'espère qu'en 2024, comme c'est à la maison, ils vont faire l'équipe qu'il faut pour aller le plus loin possible. Bâcler des Jeux comme ça et mettre en difficulté ton pays, ce n'est pas terrible" , a soupiré l'attaquant des Tigres à propos des clubs qui n'ont pas voulu libérer leurs joueurs. 

"Quand on voit ici six joueurs de l'équipe d'Espagne, qui est allée en demi-finale de l'Euro, on voit les patriotes et ceux qui... Ce n'est pas terrible... Mais pas d'excuses, car j'ai dit que j'allais au feu avec ces gars-là. Depuis le début, je suis avec ce groupe, je n'échangerais contre rien au monde ce qu'on a vécu ensemble mais on va dire qu'ils nous ont mis un peu des bâtons dans les roues. Mais les plus hautes instances vont leur taper sur les doigts, et il n'y aura plus de bâtons dans les roues en 2024. Voilà, c'était une belle aventure, mais quand la marche est trop haute, elle est trop haute", a conclu Gignac

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos