Dante Brogno et l'Union St-Gilloise. Un verre à moitié plein ou à moitié vide?
Joao Viriato Nunes
| 0 réaction
Dante Brogno et l'Union St-Gilloise. Un verre à moitié plein ou à moitié vide?
Photo: © SC

Brogno quitte l'USG pour Tubize: mission accomplie mais sans laisser de fortes impressions

Après environ un an et demi, l'Union St-Gilloise et Dante Brogno ont divorcé à l'amiable. Ce fut une relation avec des hauts et des bas mais qui a laissé l'impression que davantage aurait pu être atteint. En bilan général, il faut avouer que le Carolo a fait ce qu'on lui demandait. Il a emmené au tour final de la D3 une équipe qui avait failli descendre en Promotion l'année précédente. Dans la saison en cours, l'Union traîne dans le ventre mou du classement: il serait difficile de demander plus avec tous les problèmes financiers et les changements qu'on a vus du côté de la Butte.

Mais quand on regarde attentivement cette période, il reste cette sensation que le club aurait pu aller plus loin, que certaines décisions ont contribué à ce qu'un niveau supérieur ne soit pas atteint. D'abord dans le jeu même, sur le terrain: jamais au cours de ces 18 mois on n’a vu d'autres options que du long ballon pour la tête de l'attaquant ou le dos des défenseurs. Brogno disait bien qu'il aimerait avoir un peu plus de passes courtes et de possession du ballon, mais même après tout ce temps, son idée de jeu n'est jamais devenue claire. Malgré quelques bons résultats, les prestations de l'équipe n'ont jamais vraiment enthousiasmé les supporters.

Mais le plus incompréhensible depuis les gradins étaient les gueulades et punitions à la carte pour certains joueurs, les cas les plus emblématiques étant Christ Bruno et Benoît Sotteau, tous les deux d'un certain statut, qui furent écartés par le coach. Des changements tactiques ou des positions de joueurs apparemment sans logique furent aussi contestables. Néanmoins, on ne sait pas ce qui se passe aux vestiaires et les résultats donnent partiellement raison au nouvel entraîneur de Tubize.

En sa faveur le lancement de quelques jeunes (même si ces derniers temps il n’avait pas vraiment d’autres options) que son ancien T2 Giancarlo Oriolo doit désormais cadrer pour ce qu'il reste de la saison. Il devrait avoir le temps de les évaluer vu qu'à moins d'une catastrophe, l'Union restera dans la zone tranquille du classement. Cependant, sans argent en caisse et avec beaucoup de jeunes inexpérimentés, la tâche en vue de la saison 2012-13 s'annonce difficile pour le nouveau promu entraîneur principal...

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos