Une belle campagne au goût amer
Kevin Jonckheere
Kevin Jonckheere
| 0 réaction
Une belle campagne au goût amer
Photo: © photonews

Certes Bruges a réalisé un beau parcours, certes le Club n'a connu qu'une seule défaite en 12 rencontres en Europa League cette saison, certes les Blauw en Zwart nous ont fait vibrer et pourtant, nous restons tous sur notre faim, Michel Preud'homme le premier.

Après avoir éliminé Brøndby et le Grasshoppers lors des deux tours préliminaires, le Club a hérité de Copenhague, du Torino et d'Helsinki en phase de poule où il a terminé à la première place de son groupe. Les hommes de Preud'homme ont ensuite pris la mesure de Aalborg en 1/16e et éliminé le grand Besiktas en 1/8e.

Avouez que quand on retrace le parcours des brugeois sur la scène européenne cette saison, il y a de quoi avoir quelques regrets quand on sait que le Club s'est finalement fait éliminer par le Dnipro. Le Dnipro comment encore ? ah oui, Dnipropetrovsk ! Quelle plaie... Une équipe bien organisée bien sûr mais loin d'être un foudre de guerre. Seul son chef d'orchestre, Konoplyanka, pourrait rendre jaloux les dirigeants brugeois...

Mais la réalité du terrain a pris le dessus et le "plus fort" a gagné dira-t-on. Ou plutôt le "mieux organisé" dira Preud'homme à nos collègues de Walfoot/Voetbalkrant présents sur place. "C'était une équipe difficile à jouer. On a presque rien montré offensivement. Il faut rester solidaire face à cette équipe", a déclaré Michel Preud'homme à nos micros. 

Vazquez sur le banc

Précieux balle au pied, l'absence de Vazquez au coup d'envoi a aussi eu un impact sur la circulation du ballon du côté brugeois. "C'est toujours facile à dire après la rencontre. Mais les joueurs présents dans le 11 de départ étaient là pour une bonne raison. C'est toujours dommage de devoir se passer de Vazquez", a-t-il ajouté. 

Bruges a-t-il oublié son point fort ?

Le FC Bruges, qui a tellement fait mal sur coup de pied arrêté cette saison, n'a jamais utilisé à bon escient ce point fort pour faire mal aux Ukrainiens jeudi soir. "Notre seule chance aujourd'hui c'était les coups francs ou éventuellement les pénaltys", a avoué Preud'homme après la rencontre.

Le comble de l'histoire, c'est que Bruges s'est vu pénaliser sur phase arrêtée à la 82e mais Preud'homme ne rejette la faute sur personne en particulier. "Duarte est monté en attaque pour un coup franc offensif comme beaucoup d'autres défenseurs d'ailleurs. Ce n'est donc clairement pas la faute de Duarte".

Merci les Blauw en Zwart !

Malgré cette élimination qui nous laisse un goût amer, il faut relativiser et se dire que Bruges nous a fait vibrer. Et ô combien c'était bon de revoir du noir/jaune/rouge sur la scène européenne encore au mois d'avril ! "C'est une belle campagne dans son ensemble. Encore plus quand on sait qu'on joue sur les trois tableaux. Mais je m'attendais à un tout petit plus. Je suis donc un peu déçu car on a pas joué à notre meilleur niveau (contre le Dnipro, ndlr)", conclut Preud'homme. C'est cool, on est d'accord avec lui pour le coup !

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos