Clément Tainmont revient sur son départ de Charleroi

Malik Hadrich
Malik Hadrich
| 0 réaction
Clément Tainmont revient sur son départ de Charleroi

Clément Tainmont a quitté Charleroi cet hiver pour rejoindre le FC Malines. Pourtant, il restait sur un bon mois de décembre avec les Zèbres. Ce samedi, il retrouvera ses anciens équipiers Derrière les Casernes.

Clément Tainmont sera resté quatre ans à Charleroi. Dans la Dernière Heure / Les Sports, il a confié son sentiment au moment de prendre congé des Zèbres : "De la déception, il ne faut pas se le cacher. Mais il n’y a pas de sentiments dans le foot. Chacun essaye de gagner sa part dans le business. Bien sûr, c’est décevant quand tu apportes pendant quatre ans et que tu n’as jamais triché. Cela se passait bien, j’avais de l’amour pour le club, pour les supporters, j’avais toujours la banane en arrivant à l’entraînement, même quand je ne jouais pas. Donc terminer comme cela est un peu blessant."

Son départ n'était pas vraiment une surprise. Tout le monde en parlait depuis l'été dernier : "Oui, j’étais prêt depuis l’été. Quand on est écarté durant deux mois, on sent la roue tourner. J’avais discuté avec Mehdi Bayat qui m’avait précisé que je serais remplacé si je partais et je savais qu’il cherchait déjà. Donc forcément, on se prépare un petit peu. Les cinq matches de décembre ont peut-être bousculé les idées de certains, voire même les miennes. Mais mon départ était écrit. Malgré mon bon mois de décembre, le coach m’a expliqué que quand Amara (Baby) serait fit , il jouerait. Et que je retrouverais mon rôle de doublure. Et sans me vanter, une doublure de ma qualité peut rendre service à beaucoup d’équipes. Donc, à ce moment-là, pour moi, c’était acté."

Quel que soit le métier, quand on sent qu'on n'est pas considéré, c'est difficile à vivre...

Il faut dire qu'il avait signifié à ses dirigeants qu'il souhaitait également quitter le club : "À partir du moment où j’ai communiqué dans ce sens, j’ai été écarté. Mais je n’ai jamais fait de vagues dans le vestiaire. Tout le monde connaît mon caractère : quand j’ai quelque chose à dire, je le dis. Avec moi, il n’y a jamais de faux-semblant et je fonctionnerai toujours comme ça. Mais quel que soit le métier, quand on sent qu’on n’est pas considéré, c’est difficile à vivre…"

A Malines, il a retrouvé la joie de jouer.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos