Albert Sambi Lokonga ne veut pas avoir Anderlecht en playoffs 2 : "C'est horrible, il faut éviter ça"
Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction

Albert Sambi Lokonga, le jeune milieu d'Anderlecht ne veut pas voir son club disputer les playoffs 2

Albert Sambi Lokonga ne veut pas avoir Anderlecht en playoffs 2 : "C'est horrible, il faut éviter ça"
Photo: © photonews

Victime d'une rupture des ligaments croisés en décembre dernier, le milieu de terrain de 19 ans est out jusqu'à la fin de la saison. Après avoir été opéré, il est désormais en pleine rééducation.

Albert Sambi Lokonga, lors d'un entretien avec nos confrères de la DH, est revenu sur la saison compliquée des Mauves. Le jeune talent ne veut pas voir Anderlecht participer aux playoffs 2.

"Ça fait un peu peur", explique le jeune médian. "On a largement assez de qualités pour être en playoffs 1 mais il faudra se battre jusqu’au bout. Il ne faut pas commencer à calculer en se disant que les trois derniers matchs de la phase classique sont plus abordables sur papier. Chaque rencontre sera une finale, à commencer par le déplacement à l’Antwerp. Ce sera un gros défi physique, mais j’y crois. Je ne peux pas imaginer Anderlecht en playoffs 2. Une fois dans ma vie, j’ai vu un match de playoffs 2 en tribune. C’était au Standard avec mon frère Paul-José. C’était horrible. Le stade était vide, t’aurais dit un match de jeunes. Il faut éviter ça", indique celui qui a vu son frère inscrire le but décisif lors du dernier Clasico.

"C’est mon frère qui a marqué mais ça m’a fait très mal. J’étais à Sclessin à côté de son épouse. Elle était heureuse, mais j’étais triste pour mon club. Quand j’ai vu qu’il était lancé sur le côté, j’ai compris que ça risquait de faire mal. Malheureusement, ça s’est vérifié. Paul-José ne m’a pas chambré après, il savait que c’était difficile à encaisser. On a juste reparlé de Thomas Didillon et du mot ‘baraki’. Je lui ai bien dit que Thomas était un bon gars et qu’il avait juste commis une maladresse. Il a bien compris et le chapitre est clos maintenant", a conclu Albert Sambi Lokonga.

Plus d'infos

Plus d'infos