Bruges était trop fort pour cet Anderlecht-là

Florent Malice
Florent Malice depuis Anderlecht
| 0 réaction
Bruges était trop fort pour cet Anderlecht-là

Anderlecht aura eu un sursaut d'orgueil en seconde période, mais l'écart de niveau était trop grand pour éviter une première défaite à domicile contre Bruges depuis plus de 20 ans.

Anderlecht semble déjà au pied du mur au moment de recevoir un FC Bruges en état de grâce et Fred Rutten le sait, lui qui est qui plus est mis sous pression par les rumeurs insistantes envoyant Kasper Hjulmand au Parc Astrid. Lui reste une stat pour espérer : 21 ans sans victoire brugeoise à Anderlecht. Ca et le retour d'Adrien Trebel, qui renvoie Peter Zulj, à court de crédit, sur le banc. 

Une classe d'écart au moins 

Le problème est que Trebel n'a plus aucun rythme et que cela se voit : les lignes anderlechtoises s'étirent, Vanaken et Vormer se promènent avec une facilité déconcertante et, surtout, trouvent le dos des défenseurs latéraux à chaque phase offensive. On pensait cependant l'affaire bien lancée quand Verschaeren trouve en un temps Bolasie, aligné en pointe, après quelques minutes, ce qui force Mechele à une belle intervention (2e).

Mais en plus d'un écart de niveau assez net, Anderlecht sera plombé par l'erreur de Thomas Didillon, dont la relance catastrophique permet à Schrijvers d'isoler Wesley qui ne se fait pas prier (5e, 0-1). Ce sera ensuite l'attaque-défense total : les Mauves sont maladroits en contre, Diatta et Dennis font souffrir le martyr à Obradovic et Appiah. Sans Lawrence et surtout Kara, auteur de quelques sauvetages trois étoiles dont un après que Wesley ait dribblé Didillon, le score pourrait être lourd. 

Gerkens allume une frappe pour réveiller le stade, mais il y a décidément un problème dans le dos de la défense anderlechtoise, qui laisse Emmanuel Dennis filer à l'extrême limite du hors-jeu, que siffle d'ailleurs Mr Van Driessche... corrigé par son VAR : le but est valable (0-2, 34e). 

Sursaut d'orgueil

La seconde période commence mieux pour Anderlecht : Verschaeren et Bolasie combinent, mettent de la vitesse dans leur jeu, mais Bolasie et Amuzu tricotent beaucoup trop, à la grande fureur du stade. Brandon Mechele, lui, semble impassable devant un Bolasie pas déméritant dans ce nouveau rôle. 

C'est cependant en passeur et pas buteur qu'il sera décisif : Pieter Gerkens, décidément bien utile, est servi dans le rectangle et trompe Horvath pour relancer ses couleurs.

Bruges ne semble plus vouloir imprimer le même rythme au match et les rôles s'inversent : les Blauw en Zwart reculent et jouent le contre pendant qu'Anderlecht passe à trois derrière... avec Bubacarr Sanneh dans le rôle du revenant. Bolasie passe tout près de l'égalisation (79e) mais Arnaut Danjuma rappelle cependant que même en contre, Bruges est mortel et fait 1-3 (88e). Le stade fait mine de se vider, jusqu'à ce qu'Adrien Trebel rende les arrêts de jeu passionnants en faisant 2-3 (89e). Il manquera cependant un petit quelque chose pour aller chercher un nul et empêcher la première victoire brugeoise à Anderlecht depuis plus de 20 ans. 

La course à l'Europe sera longue pour Anderlecht, mais même pour un marathon, trébucher au démarrage n'est pas la meilleure des idées ; Bruges, de son côté, souffle dans la nuque de Genk, qui n'est plus qu'un point devant. Les PO1 sont bel et bien lancés...

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos