Histoire belge : quand Seraing était Boussu-Dour et les Francs-Borains ... Charleroi

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Histoire belge : quand Seraing était Boussu-Dour et les Francs-Borains ... Charleroi

Ce soir, le RFC Seraing reçoit le KV Courtrai au Pairay tandis que les Francs-Borains reçoivent le FC Bruges au Stade Robert Urbain. Il y a cinq ans, les choses étaient pourtant bien différentes chez ces clubs, liés par une étrange pratique de reprise de matricule.

Des Borains à Seraing 

"C'est tout de même un club qui a évolué en deuxième division nationale" : voilà ce que nous déclarait ce mardi Dante Brogno, entraîneur des Francs-Borains, pour souligner l'importance de la réception ce soir du FC Bruges pour remettre le football borain en lumière et rappeler que oui, Mons, le Borinage et ses environs sont également une terre de football. Nul doute qu'il a raison, nul doute également que Brogno voulait dire par là que les Francs-Borains, dans l'imaginaire collectif, "sont" le Royal Boussu-Dour Borinage, qui a bel et bien évolué au D2 pendant 5 saisons, de 2009 à 2014. 

                                                           

Mais si le RFC a repris les couleurs vert-et-blanc de l'ancien club phare du Borinage et joue bel et bien au Stade Robert Urbain comme son prédécesseur spirituel (nous y reviendrons), ce n'est techniquement pas lui qui a évolué en D2 nationale. Tout simplement parce que le club qui s'appelait à l'époque Royal Boussu-Dour Borinage (RBDB) a déménagé à Seraing en 2014. 

Lors de la saison 2013-2014, le RBDB est miné par des problèmes financiers qui forcent le club à trouver un repreneur sous peine de mettre la clef sous la porte. La solution viendra de feu Dominique D'Onofrio, alors directeur sportif du FC Metz, qui travaille avec un groupe d'investisseurs au rachat du matricule 167, attribué en 1926 à ce qui était à l'époque le Sporting Club Boussu-Bois. Déménagement au Pairay, nouveau nom (Seraing United, plus tard changé en RFC Seraing), couleurs historiques du club sérésien et un public qui, progressivement, reconnaîtra ces nouveaux Métallos comme siens. 

                                                            

Des Carolos dans le Borinage 

Mais alors, d'où viennent les Francs-Borains ? D'un autre rachat de matricule, pardi ! Suite au déménagement de "leur" club en région liégeoise, les supporters et sympathisants du RBDB se retrouvent orphelins dans une région qui compte un nombre très élevé de petits clubs amateurs, mais manque désormais d'un pôle footballistique. 

                                                 

Un peu plus loin, en région carolo, un matricule est en perdition : le matricule 5192, initialement attribué au Sporting Club Lambusart, qui devient ensuite au gré des fusions Lambusart-Fleurus, le Royal Jeunesse Sporting Heppignies-Lambusart-Fleurus et finalement (parce qu'ajouter encore un nom aurait quand même fini par être long) le Royal Charleroi-Fleurus suite au rachat du matricule 94 (qui se retrouve finalement ... à La Louvière).

Et cela nous amène à 2014, quand un groupe d'investisseurs et de supporters borains trouvent un accord avec ce Royal Charleroi-Fleurus pour devenir ... le Royal Francs-Borains, plus tard Francs-Borains. Matricule 5192 donc, et pas matricule 167, anciennement Royal Boussu-Dour Borinage, qui évolue actuellement au Pairay ... et recevra ce soir le KV Courtrai. Et même si les supporters des deux équipes ont fini par s'y retrouver et s'identifier à la nouvelle équipe ainsi créée (le stade Robert Urbain sera sold-out ce soir contre Bruges), une chose est sûre : c'est une histoire bien belge !

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos