Interview Adnan Custovic : "Je n'ai jamais été au bon endroit, au bon moment"

Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction
Adnan Custovic : "Je n'ai jamais été au bon endroit, au bon moment"
Photo: © photonews

Le KVO a décidé de ne pas prolonger le Bosnien et de faire confiance à l'Allemand Alexander Blessin pour la saison à venir.

Adnan Custovic ne sera pas resté longtemps au KV Ostende où il n'aura dirigé qu'une rencontre. "J'étais en fin de contrat et je n'ai donc pas été prolongé. C'est la vie", nous confie-t-il. "Pendant quatre semaines, je n'ai eu aucune nouvelle et dimanche, j'ai reçu mon premier coup de téléphone pour m'annoncer la nouvelle. Une heure après, le nouveau coach était officialisé. Tout était préparé depuis des semaines. Un peu déçu mais aucun regret. J'ai fait mon maximum lors de mon séjour ici", explique l'ancien attaquant.

Il est vrai que lors de l'arrivée de nouveaux investisseurs, il y a du changement. "C'est toujours la cas la plupart du temps. Et ce n'est pas la première fois que cela m'arrive. Lors de ma première expérience en tant que T1 ici au KVO, j'avais succédé à Yves (Vanderhaeghe) après trois belles saison en tant qu'adjoint. Nous comptions 1 point sur 21 et nous sommes parvenus à nous sauver avec 35 points glanés sur 69", ajoute-t-il avant de poursuivre.

Adnan Custovic
© photonews

"Marc Coucke est alors parti à Anderlecht et Peter Callant est arrivé accompagné de Hugo Broos comme directeurt sportif, mon sort était scellé. Cela a été un coup dur. Ensuite j'ai attendu six mois, et je débarque à Waasland-Beveren que je sauve aussi. Je me suis dit "chouette, je vais commencer la saison avec un club pour une fois et ne pas arriver ainsi en cours d'exercice". Mais nous avons perdu nos meilleurs éléments durant l'été comme Roef, Ampomah, Boljevic, Verstraete, Andrijasevic qui n'ont pas été remplacés. Puis le calendrier était très compliqué et les dirigeants ne m'écoutaient pas et ne me faisaient pas confiance. Donc j'ai été remercié et cela a été un soulagement. En fait, je n'ai jamais été au bon endroit, au bon moment", explique l'adjoint de l'équipe nationale de Bosnie-Herzégovine.

Néanmoins, l'ancien joueur de Mouscron et de La Gantoise reste positif. "Je suis confiant et je suis content de ces trois expériences enrichissantes. Ce ne sont pas des échecs, que du contraire. C'est de l'apprentissage et je continue de grandir", a conclu Adnan Custovic.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos