Interview Yves Vanderhaeghe regarde dans le rétroviseur : "Avec les noyaux à ma disposition, j'ai obtenu d'excellents résultats"

Alessandro Schiavone
| 0 réaction
Yves Vanderhaeghe regarde dans le rétroviseur : "Avec les noyaux à ma disposition, j'ai obtenu d'excellents résultats"

L'actuel entraîneur du KV Courtrai n'abandonne pas l'idée de retrouver un jour un poste au top belge, mais reste fier du parcours accompli.

Le KV Courtrai effectue une saison plutôt anonyme, mais n'abandonne pas l'idée de disputer les PO2 et d'aller chercher un top 8 qui reste à portée en cas de victoire ce week-end, contre le KV Ostende - un club que connaît tout aussi bien Yves Vanderhaeghe. "À l'époque, Marc Coucke était venu me chercher à Courtrai et m'avait donné cinq ans pour atteindre les PO1", se rappelle pour nous l'entraîneur du KVK. 

"Il a renforcé l'équipe avec quelques joueurs, pas énormément cela dit. Mais nous avons été chercher les PO1 dès la deuxième année, puis à nouveau la troisième année avec une finale de Croky Cup". Malheureusement pour Yves Vanderhaeghe, le début de saison suivant sera plus compliqué avec un 1/21. "Mr Coucke m'a alors viré, malgré le plus beau match de la saison, ce 4-2 à Marseille. Il était alors venu me voir : "Quel match, quel match !". J'avais dû relativiser, on était tout de même rentrés à la maison battus avec quatre goals dans la valise (rires)". 

Un début de saison loupé en championnat dû à l'Europe ? "Tout le monde pensait à l'Europe, et nous avions laissé le championnat de côté. On fait encore 0-0 à domicile, un excellent match. La mentalité était un peu étrange, comme si en jouant en Europe, Ostende avait changé de statut et pouvait se voir trop beau. Ca ne marche pas comme ça, et j'en ai payé les pots cassés", regrette Vanderhaeghe. 

Rebelote à La Gantoise 

Yves Vanderhaeghe obtient cependant sa chance au top belge, direction La Gantoise. "Gand était 14e après 9 journées, et nous avons finalement terminé 4e - encore les PO1. Et cet été-là, on vend pour 50 millions de joueurs ... C'était difficile d'immédiatement être performant, et nous avons malheureusement été sortis en Europe avec, encore, de bonnes performances malgré tout", pointe-t-il.

"Mes rêves pour la suite ? Je suis bien au KV Courtrai. Anderlecht ? Vincent Kompany y a signé pour quatre ans, on va lui laisser le temps. Mais si je dois regarder derrière moi, je suis assez fier : j'ai sept saisons en tant qu'entraîneur, et quatre qualifications pour les PO1 sur les quatre premières", conclut Vanderhaeghe. "Avec qui ? Gand, ok, mais aussi deux fois Ostende, une fois Courtrai. Au vu des noyaux à ma disposition, je pense que ce n'est pas mal". 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos