Karel Geraerts et la professionnalisation de l'Union : "Tout le monde faisait un peu ce qu'il voulait"

Karel Geraerts et la professionnalisation de l'Union : "Tout le monde faisait un peu ce qu'il voulait"

Il y a encore trois ans de cela, celui qui aurait imaginé l'Union battre les Glasgow Rangers en préliminaires de Champions League aurait été traité de fou. Karel Geraerts se rappelle de ses débuts au club.

En conférence de presse entre deux préliminaires européens et avant le déplacement à Malines, Karel Geraerts a évoqué ses souvenirs et le plaisir qu'il a à être le coach de l'USG aujourd'hui. "Trois heures après que l'Union ait appris le départ de Felice Mazzù, ils m'ont appelé pour me dire qu'ils voulaient me garder comme T1. C'est une belle preuve de confiance", se réjouit-il dans des propos relayés par Het Belang van Limburg. "Il y a eu beaucoup de travail en coulisses pour amener le club où il en est aujourd'hui. J'y participe depuis trois ans"

Et le moins qu'on puisse dire est qu'en trois ans, l'Union a bien changé. "Il y a trois ans, il y avait peu de discipline ici. Chacun faisait un peu ce qu'il voulait. Etape après étape, nous avons tenté de changer ça", se rappelle Geraerts. "Nous avons demandé aux joueurs de se préparer pendant une demi-heure avant les entraînements pour prévenir les blessures. Il fallait un peu les tirer au début, puis les mentalités ont changé. Les seuls qui restent de cette époque sont Kandouss et Teuma, qui sont arrivés six mois avant moi. Ils ont passé ce palier". 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus de news

Plus de news