Les tops et flops du choc entre Anderlecht et Bruges
Florian Holsbeek
Florian Holsbeek
| 0 réaction

Praet et Okaka et top, Meunier et Pereira au purgatoire

Les tops et flops du choc entre Anderlecht et Bruges
Photo: © photonews

C'était l'un des chocs de ce dimanche. Le Club de Bruges se déplaçait à Anderlecht et est retourné sans le moindre point. Qui a été au top dans ce match? Qui est passé à côté?

Par Florian Holsbeek, à Anderlecht

Top

Dennis Praet (9)

C’est l’homme du match. Impliqué dans tous les buts, il a été très précis, a touché beaucoup de ballon et a bien bloqué Thomas Meunier, pour l’empêcher de participer au jeu. Ce poste de milieu gauche est vraiment taillé pour lui.

Stefano Okaka (8)

Le métronome italien n’en finit plus de marquer et de marquer les esprits. Non seulement il débloque les situations, mais son implication dans le jeu d’Anderlecht est importante. Il décroche, demande sur les ailes, ouvre les espaces.  Un attaquant complet en somme.

Mbodj Kara (7)

Si le Sénégalais est passé complètement à côté de la première période contre Tottenham, il était très concentré ce dimanche. Leandro Pereira a été mangé par le défenseur d’Anderlecht qui était en confiance.

Flop

Thomas Meunier (4)

Quand son opposant direct est impliqué dans les trois buts de son équipe, on ne peut pas dire qu’on fait un bon match. C’est le cas de Thomas Meunier qui a été pris par Dennis Praet, et pas que sur les trois buts. Il y a eu un mieux en fin de rencontre, avec Acheampong, mais le mal était déjà fait.

Leandro Pereira (3)

Qui ? C’est bien ça le problème. L’attaquant du FC Bruges a été inexistant. Il ne s’est pas créé d’occasions, n’a pas remporté ses duels et est descendu à l’heure de jeu. Son sprint pour sortir du terrain a été la meilleure course de sa rencontre.

Olivier Deschacht

Il ne s’agit pas ici de parler du match de Deschacht, qui a joué une bonne rencontre. Il s’agit de parler de son attitude. Il a déjà une jaune, met sa main dans le visage de Vazquez et peut s’estimer heureux de ne pas prendre la rouge. Au lieu de ça, il s’en prend à l’Espagnol en fin de rencontre, et à l’interview insiste sur le fait qu’il touche le ballon. Il le répètera plusieurs fois, encore et encore. Dommage de réagir de la sorte…

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos