Sammy Bossut se remémore sa participation au Mondial 2014 : "Je suis arrivé avec la voiture du club"

Malik Hadrich
Malik Hadrich
| 0 réaction
Sammy Bossut se remémore sa participation au Mondial 2014 : "Je suis arrivé avec la voiture du club"
Photo: © photonews

Certains l'ont peut-être oublié, mais Sammy Bossut était le troisième gardien de l'équipe nationale lors de la Coupe du Monde 2014. Le gardien de Zulte-Waregem avait profité d'une blessure de Silvio Proto et de Koen Casteels.

Sammy Bossut se souvient très bien comment il a appris sa sélection pour la Coupe du Monde 2014 : "J’ai vu que Marc Wilmots avait tenté de m’appeler. J’ai écouté son message vocal dans le bus. Il me demandait de le rappeler. J’ai directement compris et je l’ai recontacté. Je dois l’avouer : j’étais un peu stressé au moment de le rappeler."  Et cela tombait assez mal puisque le portier de Zulte-Waregem devait se marier cet été-là : "J’ai dit : ‘Ouille je dois reporter mon mariage civil." J’ai appelé ma femme avant de confirmer ma présence au coach. Je lui ai expliqué la situation. Elle m’a directement dit de rappeler Marc Wilmots, que c’était une chance unique. Elle n’a pas hésité une seconde. Nous nous sommes finalement mariés début septembre."

Dans les colonnes de la Dernière Heure / Les Sports, il explique également comment s'est fait son entrée en matière : "Je suis arrivé avec la voiture du club. Les autres étaient en Aston Martin ou en grosse Mercedes. Mais je m’en fiche, cela ne m’a pas empêché de m’intégrer."  Car Sammy Bossut l'assure : l'ambiance parmi les Diables Rouges est exceptionnelle.  "C’était un chouette stage de préparation. C’est un groupe très accueillant. J’étais avec des gars qui jouaient en Premier League , qui gagnent plus que moi, qui ont d’autres centres d’intérêt mais ils n’ont fait aucune différence et ont été sympas avec moi."

Brésil

Quant au séjour au Brésil, pas mal de choses l'ont surpris : "Je suis arrivé là-bas avec de grands yeux. Il fallait voir comment on était escorté. Il y avait 30 policiers autour de nous et des soldats derrière le bus. Tout était mis en place pour qu’on soit à l’aise.  Les stades étaient magnifiques mais c’était triste de voir des bâtiments si neufs à côté de la pauvreté locale. On voyait des favelas avec des maisons sans portes et sans fenêtres. Cela m’a marqué."

Jusqu'à aujourd'hui, cela reste son meilleur souvenir avec le gain de la Coupe de Belgique.

Plus d'infos

Plus d'infos