Suivez en direct la conférence de presse de Tielemans et Meunier

Florent Malice
Florent Malice depuis Moscou
| 0 réaction
Suivez en direct la conférence de presse de Tielemans et Meunier
Photo: © photonews

Thomas Meunier et Youri Tielemans vont donner une conférence de presse en marge de l'entraînement à Dedovsk, en banlieue moscovite. A suivre en direct, mis à jour ci-dessous!

Cet article sera automatiquement rafraîchi dans 60.

C'est terminé! 

Meunier : Les surprises du premier tour de poules, je suis persuadé qu'elles ne seront pas confirmées. Les médias insistent sur le fait que la Belgique a tenu son rang, mais on n'a encore rien réussi et les grandes équipes seront présentes, j'en suis certain. On se retrouvera tous en huitièmes de finale, j'en suis sûr. 

Meunier : Le coach du PSG? Il ne se basera pas que sur le Mondial, il a sûrement déjà vu quelques vidéos de moi, et je n'ai pas encore eu le moindre contact avec lui. 

Meunier : Romelu est quelqu'un d'obstiné, de déterminé, tout en ayant un profond respect des gens qui l'entourent et même si son passé a été compliqué, ça n'a pu que l'aider. 

Meunier : Le passé de Romelu? Il n'y a pas de sentiment de revanche, on ne choisit pas sa jeunesse. Mais ça forge une envie, une motivation, ça amène des valeurs que beaucoup n'ont pas à 40 ou 50 ans n'ont pas. Mentalement, ça te prépare. 

Meunier : Les critiques sur les ailes défensives? On travaille ça tous les jours, il faut toujours s'adapter à l'adversaire. Contre le Panama, c'était compliqué à trois derrière. Le pressing et le bloc haut étaient compliqués à mettre en place. C'est pour ça que le coach a voulu qu'on passe à quatre derrière. 

Meunier : La Belgique a plus de pression que le PSG car cette maintenant ou jamais. Il faut franchir le palier et a réellement un groupe d'une qualité incontestable. 

Meunier : Le PSG et la Belgique sont-ils comparables? Non. Paris est un club qui grandit et le fait qu'ils ne franchissent pas les quarts de la C1, c'est juste une question de temps, d'expérience ou de maturité. La Belgique, c'est différent : on a un groupe qui est à l'heure actuelle à maturité et à son apogée. Pour moi, cette compétition-ci et la prochaine, ce seront des compétitions primordiales car le groupe va se renouveler. 

Meunier : Non, je ne pense pas aux cartons jaunes que j'ai pu prendre : c'est un frein à la possession de balle, tu ne fais pas ton travail à 100%. Si je dois prendre jaune, je prendrai jaune et quelqu'un prendra ma place après. 

Meunier : Les cartons stupides? C'est stupide quand ce n'est pas valable, et ce carton-là pour moi, il n'est pas valable (sourire). 

Meunier : La différence de la préparation avec Paris, c'est qu'en jouant tous les trois jours, c'est difficile de combiner physique et football. Ici, c'est différent, tu te couches le soir et t'es content d'aller au lit (sourire). 

Meunier : Je me sens à mon meilleur niveau. La préparation intense m'a permis de m'affûter et footballistiquement, je retrouve mes sensations dans un système que j'apprécie. 

Meunier : On en profite aussi pour affûter nos relations et améliorer l'homogénéité dans le groupe. Même si on joue à la Playstation, on le fait à quinze, donc ça reste très social!

Meunier : Ce qu'on fait à l'hôtel ? Certains ont été jouer au golf, d'autres faire du vélo, le fitness est toujours disponible, on joue aux cartes...

Meunier : Est-ce que je peux encore grandir à ce poste? Bien sûr, oui. Mais ça dépend aussi de l'adversaire. Contre le Panama, qui défend toujours, ce n'est pas très facile d'amener des offensives. 

Meunier : Je suis fan de ce système à trois derrière, personnellement, c'est mon préféré. Pouvoir toujours apporter quelque chose en possession de balle, couvrir tout un flanc, je me sens bien dans ce rôle. 

Meunier : Vermaelen est de retour et a eu de bonnes sensations, il était temps pour lui de revenir, on a besoin de lui; c'est un des meilleurs joueurs du monde à son poste. J'aime son style et sa motivation.

Meunier : Si moi ou Jan devions faire l'impasse sur un match, j'ai 100% confiance en nos remplaçants. 

Meunier : Les risques de suspension? Qualitativement, le groupe est irréprochable. Le risque de revivre le cas du Pays de Galles, on ne l'a plus, car les joueurs ont plus d'expérience. Dedryck notamment a été sensationnel lors du premier match. 

Meunier : Le family day, ça va amener un repos mental aux joueurs. C'est super important que le coach nous donne l'occasion de nous aérer, de ne pas être emprisonnés. Lui et la Fédé font énormément d'efforts pour ça et on le leur rend bien, on est tous détendus. 

Meunier prend la parole!

C'est tout pour Youri!

Tielemans : Lukaku, c'est un peu un grand frère pour moi, un exemple. On parle beaucoup. Je sais qu'il a eu une enfance difficile et ça a forgé son caractère, ce qui est bénéfique mentalement aussi. 

Tielemans : Ma saison à Monaco s'est passée comme prévu, j'avais besoin d'un temps d'adaptation avec le coach qui a voulu me faire réaliser certaines choses. Ma blessure m'a aussi un peu freiné, mais j'ai bien terminé la saison. Je devais adapter mon style de jeu à la tactique de Jardim. Je suis persuadé que tout ira mieux dans la saison à venir. Et jouer avec un milieu à deux à Monaco est un atout pour la sélection.

Tielemans : Si on se pose des questions sur le plan tactique? Pas du tout (ferme). 

Tielemans : La langue du vestiaire, avec le coach, c'est l'anglais. Entre nous, c'est souvent le français, car les néerlandophones parlent mieux français que l'inverse. 

Tielemans : La Tunisie a perdu son premier match, ils vont donc devoir essayer de gagner ce match pour rester dans la course. Il va falloir rester attentif derrière. 

Tielemans : Oui, Monaco reste un bon choix, j'espère que ça ira mieux l'année prochaine. 

Tielemans : Ma saison avec Monaco ? Martinez m'en parlait quand j'étais en sélection, me donnait quelques conseils. Il a été important de ce côté, il m'a dit de ne pas me laisser abattre en cas de choix de mon entraîneur en club. 

Tielemans : Les autres ont quelques années de plus au plus haut niveau mais ça viendra, je ne m'en fais pas avec ça. 

Tielemans : Ce qu'il me manque aujourd'hui pour être un leader? Je ne pense pas qu'il me manque quelque chose, je pense juste que les autres joueurs ont un peu plus d'expérience, jouent dans des plus grands clubs, c'est tout...

Tielemans : Ma famille a décidé de ne pas venir pour le family day, c'est dommage, mais c'est comme ça. Mais c'est très positif que le sélectionneur nous offre autant de temps pour nous. Mentalement, ça peut amener de la fraîcheur. C'est très important pour les joueurs qui ont joué. Pour moi, c'est dommage qu'ils ne soient pas là mais c'est comme ça. 

Tielemans : Je suis le plus jeune ici, oui, mais ça fait quand même un petit temps que je suis là et j'ai un paquet de matchs derrière moi donc ça ne change rien grand chose pour moi. 

Tielemans : Maintenant qu'on a joué un match, on est vraiment dedans, on a notre objectif. Pendant la préparation, on peut être impressionné, mais plus maintenant. 

Tielemans : On est un groupe de 23 joueurs qui peuvent tout à un moment se retrouver titulaires. Il y a un onze de base et nous, on doit faire la différence et aider le groupe, regarder dans la même direction et tout donner ensemble.

Tielemans : Impressionné? Oui, ça reste un Mondial, le plus grand événement du football, mais j'essaie de rester concentré et prêt à jouer. 

Tielemans : J'espère de m'amuser aux entraînements, de profiter de chaque moment de cette Coupe du Monde. Il y a une belle ambiance ici. Je suis heureux d'être là, et bien évidemment, si le coach a besoin de moi, je serai là!

Youri Tielemans est là ! Il s'exprimera le premier. 

Plus à suivre...

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos