Michel Preud'homme peste : "Je sais ce que je dois faire à Séville"
Jordan Horwood
Jordan Horwood depuis Sclessin
| 1 réaction
Michel Preud'homme peste : "Je sais ce que je dois faire à Séville"

L'entraîneur du Standard n'a pas apprécié les nombreuses fautes carolorégiennes sur ses joueurs, principalement Carcela, et les tentatives de gain de temps. Il attendait surtout un autre arbitrage.

"D’habitude je fais des analyses, mais je serai très curieux de lire la votre demain, pour voir ce que vous avez pensé de ce match", s'est adressé Michel Preud'homme aux journalistes présents en conférence de presse. Chacun prêche pour sa paroisse, et qu'on peut être qualifié de parti pris, je serai donc curieux de voir ce que vous allez raconter, pour voir si vous avez vu le même match que moi."

"On a essayé de faire ce qu’on pouvait faire, quand on pouvait le faire. Mais à partir du moment où le jeu est constamment arrêté, soit par des fautes, soit par des joueurs forts physiquement constamment par terre, c'est difficile de garder du rythme dans une rencontre. Malgré tout, on l'a fait."

"On a failli être naïf en fin de partie, où Charleroi s'est créé des occasions, sans oublier leur tir sur le montant en première période. Nous avons eu les occasions de notre côté, et certaines auraient dû finir au fond. Mais pour faire plier cette équipe, il aurait fallu plus de temps de jeu, ce qui n'a pu être le cas. Je ne critiquerai jamais la manière de faire ou l'approche d’un collègue, certainement pas d'un de mes amis, mais une équipe va jusqu'où on lui permet d'aller."

Je ne savais pas que mes joueurs étaient si forts physiquement...

"Quand on voit que c’est nous qui prenons une carte rouge, alors qu'on a pris tout le jeu à notre compte, quand on voit le nombre de fautes de Nurio et de Benavente et qu'ils s'en sortent sans prendre de carton jaune, alors là je me pose des questions. C'est une bonne leçon pour moi. Je sais ce que je dois faire à Séville, car là ce sera un peu l'inverse. J’ai appris des choses aujourd'hui."

Le déchet dans le jeu liégeois explique aussi ce nul vierge. "On a bien débuté, jusqu'à cet arrêt, logique, pour la blessure de Penneteau. Je ne dis pas que tout est parfait, mais je suis content de la prestation de l’équipe en comparaison avec Eupen."

"Et je ne savais pas que mes joueurs étaient si forts physiquement que pour 'blesser' ceux de Charleroi, ils m'ont étonné car les Carolos ont la réputation d'être forts dans les duels. Je les ai félicités après le match pour tout ce qu’ils ont fait et essayé de faire dans un match très compliqué, c'était tout à fait différent qu’à Eupen", concluait-il. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos