Grosjean : "Prévisible, Michael Verschueren le pressentait après le premier but"

Florent Malice
Florent Malice depuis Sclessin
| 0 réaction
Grosjean : "Prévisible, Michael Verschueren le pressentait après le premier but"
Photo: © photonews

L'arrêt du match a causé un sacré chaos à Liège et les conséquences sont encore floues. Le directeur général du Standard Alexandre Grosjean regrettait la tournure des événements.

Alexandre Grosjean, directeur général du Standard, ne pointait pas de responsable du doigt à l'issue de la rencontre, conscient qu'il était trop tôt pour évoquer les conséquences de cet arrêt de match. "Les fouilles ? Elles sont normalement effectuées par les stewards d'Anderlecht et la responsabilité est celle du club concerné", explique-t-il. "Mais je sais d'expérience que ces choses sont compliquées". 

Prévisible

Le fait est que les supporters d'Anderlecht ont en quelque sorte "décidé" d'arrêter le match. "C'était couru d'avance. C'est regrettable car ce règlement accorde trop de pouvoir aux supporters. Ils ont la capacité de faire arrêter un match à cause d'un conflit avec leur direction", regrette Grosjean. "Michael Verschueren était très abattu. Après le 1-0, il pressentait que le match n'irait pas à son terme. C'était prévisible. Prémédité ? Probablement", concède-t-il. 

Difficile en tout cas de célébrer la moindre "victoire". "A cette heure, je devrais être en train de regarder un match de football, tout comme 27.000 autres supporters. Il faut essayer de leur offrir un aussi beau spectacle la semaine prochaine", espère Grosjean. "Ils le méritent. Les conséquences ? Je suppose qu'il y aura des amendes et une défaite sur tapis vert, mais il est trop tôt pour en parler. Il y a aussi le coût de la dégradation de notre pelouse. Quant aux supporters qui ont assisté à 20 minutes de football, il sera difficile de les rembourser. Nous y réfléchirons". 

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos