William Dutoit : centenaire au caractère

Jordan Horwood
Jordan Horwood
| 0 réaction
William Dutoit : centenaire au caractère
Photo: © photonews

Présent dans notre pays depuis neuf ans, le Français a d'abord dû donner le meilleur de lui-même dans l'anonymat de la deuxième division avant d'accéder à l'élite belge, où il a su s'y mettre en évidence, non sans embûches.

Formé au RC Lens, William Dutoit rêvait de signer ses débuts au stade Felix Bollaert, mais c'est au stade Robert Urbain du club des Francs Borains, de l'autre côté de la frontière, qu'il allait défendre pour la première fois des cages en équipe première. Ce n'était pas forcément la plus belle vitrine pour se faire remarquer, mais le Nordiste a convaincu le club de Saint-Trond, alors en D2, de le recruter lors de l'été 2014. 

Un choix payant des Canaris, puisqu'ils allaient retrouver l'élite neuf mois plus tard en étant champions, avec la contribution d'un gardien en confiance. Un événement qui restera à jamais gravé dans la mémoire du Français... et sur sa peau, ayant immortalisé ce moment par un tatouage. 

Ses débuts en Pro League sont prometteurs et remarqués. Son nom circule rapidement du côté du Standard, mais à son grand regret, Saint-Trond ne recevra jamais d'offre des Rouches. Si sa première saison en D1, marquée également par un... but à Lokeren, fut une réussite, la seconde a d'abord mal tourné. 

Possédant un fort caractère quand il est sur un terrain, Dutoit a provoqué quelques étincelles chez les Trudonnaires et a finalement vu Lucas Pirard être installé dans le onze de base à partir de la 15e journée. Mais sept matches sur le banc plus tard, le Français gagnait un transfert. 

C'est au KV Ostende qu'il allait terminer la saison. Une belle promotion, car le club côtier était en train de grandir et, surtout, quatrième au classement. Arrivé un peu en urgence suite à la blessure de Silvio Proto et le départ à la CAN de Didier Ovono, William Dutoit a contribué à la qualification pour les Play-Offs 1, avant de devoir vivre avec la concurrence de l'ancien leader d'Anderlecht. 

De retour dans le but lors de la 30e journée face au Standard, Proto n'était pas prêt à temps pour jouer la finale de la Coupe de Belgique. William Dutoit pouvait donc y participer et était proche d'être l'un des héros lors de la séance de tirs au but. Mais finalement, c'est Zulte-Waregem qui l'emporta, Dutoit ne se fera pas tatouer un second succès directement.

Proto repasse devant, Vanhamel titulaire directement 

Proto reprenait sa place de numéro 1 pour le début des PO1, jusqu'à sa blessure à Bruges à mi-parcours. Sa doublure terminait alors la saison et contribuait à la quatrième place, avec la première clean-sheet du club en PO1, synonyme de barrage européen remporté contre Genk, pour une qualification histoire des Côtiers.

A la fin du mercato suivant, Silvio Proto quittait le club avec tumulte. On pensait alors que Dutoit allait en profiter, mais c'est le nouveau venu Mike Vanhamel qui défendait les filets dès la première journée.  

Le produit Sang et Or devait ronger son frein sur le banc, mais allait être relancé dès la 12e journée par Adnan Custovic. Suivait alors quatre victoires et quatre clean-sheets en l'espace de cinq rencontres. Il ne quittait cette fois plus le onze, sauf à l'occasion des Play-Offs 2, où il partageait les dix rencontres avec son concurrent.

Pour cette saison, il y avait du changement à Ostende, avec les arrivées de Gert Verheyen comme coach et de Hugo Broos comme directeur sportif. Ce dernier recrutait Fabrice Ondoa comme concurrent au poste de gardien, une bonne connaissance puisque le jeune camerounais avait gagné la CAN en tant que titulaire avec l'ancien sélectionneur.

Une dernière longue attente? 

Après les trois premières rencontres, Dutoit glissait sur le banc et allait devoir longtemps patienter. Pourtant, Ondoa ne marquait pas de points et se faisait surtout remarquer par des interventions peu réussies et des buts encaissés trop facilement. Finalement, pour le dernier match avant la trêve hivernale, William Dutoit était récompensé de ses efforts à l'entraînement en retrouvant le onze... face à Saint-Trond. 

Il ne lâchait plus rien et termine donc cette saison comme portier n°1. Même s'il doit repartager du temps de jeu avec son concurrent dans les Play-offs 2, William Dutoit a eu l'occasion de fêter face à Westerlo il y a dix jours sa centième apparition dans notre championnat.

Que va réserver le prochain été au jeune trentenaire - centenaire? Les Ostendais attendent tout d'abord de dénicher un nouveau coach et un nouveau directeur sportif. William Dutoit pourra-t-il les convaincre d'emblée? 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos