Ivan Santini, le retour gagnant dans le onze : "Heureux ? Non"

Ivan Santini, le retour gagnant dans le onze : "Heureux ? Non"

Sans Ivan Santini dans le onze ? Un point sur quinze en PO1. Avec Santini e dès le début ? Quatre sur six, avec deux buts du Croate. Difficile de faire plus clair.

Il aura fallu du temps pour que Fred Rutten, puis Karim Belhocine s'en rendent compte, mais cela semble désormais évident : même si Ivan Santini n'est pas esthétique et semble parfois passer à côté de son match, il est indispensable à Anderlecht. La série qui a mené les Mauves vers les PO1 (13/15 pour finir la saison) s'est faite avec le Croate dans le onze. 

Yannick Bolasie, lui, a ensuite été aligné en "faux neuf" et a d'abord épaté par sa mobilité et son abnégation... mais n'a pas scoré, a perdu la flamme qui avait tant aidé Anderlecht et a participé à un bilan de 1/15. 

Un retour gagnant, mais pas heureux 

Ivan Santini est revenu dans le onze face à son ancien club, a marqué et Anderlecht a pris les trois points pour la première fois dans ces PO1. Ce dimanche à Anvers, il a rapidement trouvé le chemin des filets et aurait même pu offrir un vrai hold-up à ses couleurs en fin de rencontre. "Je ne suis pas parvenu à la dévier", soufflait l'attaquant après le match. 

Car peu importe qu'il fasse taire ses détracteurs et soit à nouveau décisif, Santini n'est pas heureux. "Ma saison n'est pas réussie parce que j'ai marqué 16 fois, elle ne le sera pas si je marque encore en PO1. Tout dépend de l'équipe. Je m'élève avec l'équipe, je tombe avec elle", déclare Santini. "Ce dimanche, je marque, mais nous ne prenons pas les trois points. Ce n'est donc pas un bon match". 

Il a pourtant encore livré une rencontre solide, pesant sur la défense comme jamais Bolasie n'a pu le faire. "Les matchs face à Jelle (Van Damme, nda) sont toujours tendus, on se connaît, c'est un ami. Nous avons un passé commun au Standard, avec Dino (Arslanagic, nda) aussi, et c'est toujours agréable de les retrouver", relativise le Croate. "Il a fallu beaucoup travailler aujourd'hui, comme face au Standard à 10. Si cela me coûte de la lucidité devant les buts ? Peut-être". Mais peu importe ce que cela lui coûte, Santini se battra de la même façon jusqu'à la fin de la saison... 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos