Interview Gillet et les coachs d'Anderlecht : "John Van Den Brom m'a donné envie d'entraîner"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Gillet et les coachs d'Anderlecht : "John Van Den Brom m'a donné envie d'entraîner"

Guillaume Gillet a connu plusieurs entraîneurs lors de sa carrière à Anderlecht. Lui-même espère devenir entraîneur un jour et c'est grâce à un homme ...

Trois coachs ont rythmé la carrière de Guillaume Gillet à Anderlecht et il lui est bien difficile de les départager lorsque nous lui demandons lequel a été son préféré. "Ariel Jacobs est celui qui m'a le plus coaché, c'est un gros chapitre de mon histoire. Il m'a fait confiance quand je suis arrivé de Gand, où je jouais back droit, et il m'a remis au milieu, ce qui n'était pas pour me déplaire", se rappelle Gillet avec un sourire. "Je me suis directement épanoui au sein de cette équipe, on a été champions plusieurs fois, gagné une Coupe". 

Mais le successeur de Jacobs est probablement celui qui a le plus marqué l'ex-Mauve. "Il a été remplacé par John Van Den Brom, qui restera un de mes coachs préférés, déjà sur le plan humain", révèle Gillet. "Mais aussi parce que j'adorais le football qu'il prônait. Ca, c'était du football offensif, à la hollandaise, avec trois attaquants. J'adorais ses séances d'entraînement". De quoi susciter une vocation ... "Si j'ai décidé de me lancer dans les cours d'entraîneur, c'est en grande partie grâce à Van Den Brom. Il m'a donné envie de faire ce métier-là". 

Le troisième est un cas à part. "Besnik Hasi, je l'ai longtemps connu comme T2. C'est toujours un rôle spécial, plus proche des joueurs. Ca s'est toujours bien passé, même si une fois T1, pour ma dernière saison, il a fait le choix de me mettre sur le banc en playoffs", pointe Gillet. "Mais il avait été honnête avec moi. Ca arrive dans toute carrière. Je ne lui en ai absolument pas tenu rigueur et la preuve : deux ans plus tard, j'ai tout fait pour quitter Nantes et le rejoindre à l'Olympiakos".

Conceiçao, un cas à part 

Après réflexion, Guillaume a cependant tenu à nous parler d'un homme : "Là, tu m'as seulement parlé des coachs d'Anderlecht, c'est bien ça ? Parce que sinon, je t'aurais cité Sergio Conceiçao (qui l'a dirigé à Nantes, nda). Lui, c'était la classe. Ce que ce gars sait amener à un groupe en termes de motivation, d'énergie, c'était fou. Ca ne m'étonne pas de le voir arriver si haut désormais", affirme Gillet. 

Plus d'infos

Plus d'infos