Peu de football, pas de point et une rouge : Anderlecht se troue totalement face à l'Antwerp

Florent Malice
Florent Malice depuis le Lotto Park
| 0 réaction
Peu de football, pas de point et une rouge : Anderlecht se troue totalement face à l'Antwerp

Quel pénible match que celui opposant le RSC Anderlecht et l'Antwerp ce dimanche. Les Mauves ne sont pas parvenus à sortir du piège typiquement anversois tendu par l'adversaire et ont même plongé tête la première, encaissant le 1-2 en fin de rencontre.

Prendre trois points : c'est fait. Reste désormais au RSC Anderlecht à enchaîner et ce face à un Antwerp dont le onze de base pourrait certainement viser le maintien en Premier League si tous jouent à leur niveau. Le retour d'Albert Sambi Lokonga doit y aider tandis que Samir Nasri, lui, était visiblement assez fit pour jouer plus d'une heure face à des quadras mercredi, mais pas pour être dans le noyau. 

Il faut dire que pour affronter cet Antwerp, mieux vaut être en pleine possession de ses moyens : pendant 45 minutes, le public huera des interventions en retard de l'adversaire plus souvent qu'il s'enthousiasmera pour de beaux gestes. Steven Defour, sans tifo mais avec des chants à sa "gloire", passera tout près de prendre une seconde jaune.

Côté anderlechtois, on est également souvent réduit à l'intervention fautive : Philippe Sandler et Elias Cobbaut prenne des risques mais se couvrent l'un l'autre avec brio sur les raids d'un Dieumerci Mbokani toujours dangereux et d'un Lamkel Ze qui ne fera cette fois pas de vagues. Le football dans tout ça ? Sans 9, Anderlecht peine à se montrer dangereux, seul Nacer Chadli forçant Dino Arslanagic à une intervention trois étoiles dans le rectangle avant la pause. 

La cruauté du football 

Alors que jusque là, les jeunes pousses anderlechtoises faisaient preuve d'une belle contenance fasse à l'expérience anversoise, ce bel ensemble se fissure dès la reprise : Mbokani et Lamkel Ze se baladent et Van Crombrugge doit intervenir. Le football fera ensuite preuve de toute sa cruauté quand Alexis Saelemaekers, le héros du Clasico, commettra une grossière erreur pour lancer Dieumerci Mbokani qui sert Lior Refaelov - l'Israélien, en deux temps, trompe Hendrik Van Crombrugge (0-1, 49e). 

Les Mauves peineront à réagir et on se dit qu'un si beau dimanche après-midi aurait pu être bien mieux employé qu'à assister à cet Anderlecht-Antwerp. Mbokani et Lamkel Ze, eux, l'ont bien compris : plutôt qu'un match de football, ils profitent d'une balade au Park. Mais une fois devant, les Anversois ne tentent plus grand chose et laissent le RSCA s'installer : tentés depuis le début du match, l'un des ballons envoyés par Philippe Sandler dans le dos de la défense passe et trouve la tête de Nacer Chadli qui trompe Bolat (65e, 1-1). 

La joie mauve manque d'être de courte durée : il faut un grand Van Crombrugge deux minutes plus tard devant Refaelov, puis Mirallas pour que la défense approximative anderlechtoise ne soit pas punie. 

Quand rien ne va ... 

La rencontre ne gagnera clairement pas en qualité et ne descendra pas non plus en nervosité : alors que Defour est sorti sous les injures et aurait pu mériter sa seconde jaune plus tôt dans le match, c'est Albert Sambi Lokonga qui prend la sienne (78e) ; comme un symbole d'un RSCA franchement peu convaincant ce dimanche, c'est celui que tous attendaient qui paie les pots cassés. 

Vous en voulez encore ? Ca arrive : Nacer Chadli prend un carton jaune plutôt justifié pour simulation alors qu'Anderlecht commençait à reprendre ses marques et dans la foulée, c'est la sentence quand un ballon mal dégagé atterrit sur la pépite Koji Miyoshi, qui allume Van Crombrugge et offre la victoire au Great Old (1-2, 87e). Mérité ? Difficile de dire qu'une des deux équipes méritait trois points ce soir. Mais une chose est sûre : cet Anderlecht n'est pas prêt et le Clasico n'aurait pas dû le faire oublier.

Plus d'infos

Plus d'infos