Interview Charles Morren garde l'Union au coeur : "J'ai des frissons rien qu'à en parler"
Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction

Charles Morren garde l'Union Saint-Gilloise au coeur : "J'ai des frissons rien qu'à en parler"

Charles Morren garde l'Union au coeur : "J'ai des frissons rien qu'à en parler"

Ce soir, l'ancien capitaine de l'Union Saint-Gilloise Charles Morren va découvrir les poules de l'Europa League. Un bel accomplissement pour un joueur qui garde son ancien club au coeur.

La fin de parcours de Charles Morren (27 ans) à l'Union Saint-Gilloise ne s'est pas forcément passée comme il l'espérait. Après plusieurs années en tant que titulaire et après même être devenu capitaine de l'USG, il a dû se résoudre à prendre place sur le banc plus souvent qu'à son tour la saison passée. "C'était difficile parce que l'Union, c'est mon club de coeur. J'avais tout joué ou presque jusque là", nous explique-t-il, à l'approche de son premier match en poules européennes. 

"Le rachat du club a amené un renouveau - et l'Union en avait très certainement besoin. Mais qui dit renouveau dit argent, professionnalisme ... et arrivée de joueurs de qualités. Résultat : la concurrence était rude", souligne Charles Morren. "Je n'ai rien à regretter : j'ai travaillé dur, j'ai tout donné et surtout j'ai progressé énormément grâce à Luka Elsner". 

L'entraîneur slovène a beau avoir fait le choix de placer Morren sur le banc, le joueur du F91 Dudelange n'a aucune rancoeur, que du contraire : "Les entraînements étaient d'une telle qualité ! J'ai eu beaucoup de chance de croiser ce coach. Peu importe que tu joues ou pas, Elsner va faire de toi un meilleur joueur", affirme notre interlocuteur. 

"Puis j'ai tout de même participé à la saison de l'Union. J'ai joué, on a fait un beau parcours en Coupe", relativise-t-il. "Bien sûr, j'aurais préféré rester à l'USG : j'aurais voulu y finir ma carrière, les faire monter en D1A. Ca aurait été le rêve, mais le football est comme ça. Les choses changent et ça me fait aussi du bien de changer d'air, c'était peut-être le bon moment". 

Toujours un supporter de l'Union Saint-Gilloise 

Mais même du Luxembourg, Charles Morren continue de suivre l'actualité de "son" club. "Je n'ai malheureusement pas encore eu l'occasion de revenir au Parc Duden mais j'ai été les voir à Virton, c'est à côté de chez moi. J'ai cependant toujours des contacts avec les supporters. Pas plus tard que ce matin (lisez mercredi matin, nda), j'ai reçu des messages pour me dire qu'ils regarderaient mon match d'Europa League au café de l'Union", se réjouit le milieu de terrain. 

"Ils ont toujours été derrière moi, moi derrière eux. C'est ce qui fait la beauté de l'Union, les supporters. D'en parler, j'ai des frissons", conclut Morren. "J'avais été invité pour les 100 ans du Duden le week-end passé, mais j'avais un match ce jour-là. Ca prouve cependant qu'on pense encore à moi". 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos