Analyse Anderlecht n'en voulait plus, mais ils font maintenant les beaux jours de Charleroi

Malik Hadrich
Malik Hadrich
| 0 réaction
Anderlecht n'en voulait plus, mais ils font maintenant les beaux jours de Charleroi
Photo: © photonews

Ce vendredi soir, le Sporting Charleroi reçoit le Sporting Anderlecht en ouverture de la neuvième journée de championnat en D1A. Chez les Zèbres, on recense pas mal d'anciens Mauves. Ce qui va ajouter encore un peu plus de piment à la rencontre.

Christophe Diandy, Massimo Bruno, Ryota Morioka et Karim BelhocineAnderlecht les a tous laissés partir et aujourd'hui, ils font les beaux jours de Charleroi.  Le contraste est saisissant entre leurs performances actuelles et celles de leur dernier séjour à l'ombre de Saint-Guidon.  La preuve en chiffres !

Karim Belhocine

Le dernier arrivé chez les Carolos est l'entraîneur Karim Belhocine.  Initialement, il faisait partie du staff technique d'Anderlecht.  Mais quand Charleroi a fait appel à lui pour succéder à Felice Mazzù, son choix a été vite fait.  Non seulement cela lui offrait l'occasion de monter en grade, mais le club bruxellois ne l'a pas non plus retenu outre mesure.  Le T1 était Vincent Kompany et son bras droit s'appelait Simon Davies.  Qui plus est, Pär Zetterberg, Jonas De Roeck, Floribert Ngalula et Craig Bellamy sont leurs assistants.  Il y avait donc peu de place pour le Franco-Algérien.

Pourtant, son premier bilan à la tête des Zèbres est plus que satisfaisant en Jupiler Pro League : 12 points sur 24.  Si l'on accumule ses deux intérims en tant que T1 à Anderlecht, son résultat est de neuf points sur 24.

Ryota Morioka

Ryota Morioka a débarqué au Pays Noir l'hiver dernier.  Depuis, il a disputé 21 matchs pour les Zèbres en phase classique du championnat et en Play-Offs 2.  Au cours de ceux-ci, il a inscrit neuf buts et délivré trois assists.

Avec les Mauves, il en était à six buts et quatre assists en 22 rencontres.  Evidemment, ces chiffres incluent les parties de Play-Offs 1.  Celles-ci sont censées être d'un niveau supérieur aux Play-Offs 2.  Si l'on se limite aux matchs de la phase classique de la Jupiler Pro League, le Japonais est décisif toutes les 157,5 minutes pour Charleroi.  Il l'était toutes les 180 minutes pour Anderlecht.

Massimo Bruno

A Charleroi, Massimo Bruno a reçu du temps qu'on ne lui a pas accordé chez les Mauve et Blanc.  Résultat : il réussit un début de saison de feu sous la vareuse zébrée.  Depuis qu'il est de retour au Mambourg, il totalise six buts et neuf assists en 40 matchs. 

Lors de son dernier séjour au stade Constant Vanden Stock, le milieu de terrain a accumulé six buts et sept assists en 45 apparitions.  Comme pour Morioka, il convient de préciser que ces chiffres rassemblent également ses performances en Play-Offs 1.  Or, il n'a disputé que les Play-Offs 2 avec Charleroi.

Si l'on s'en tient uniquement aux matchs de la phase classique du championnat belge, Bruno est décisif toutes les 253,63 minutes de jeu pour Charleroi.  Il l'était toutes les 277,5 minutes lors des saisons 2016-2017 et 2017-2018 pour Anderlecht.

Christophe Diandy

Mine de rien, Christophe Diandy est à Charleroi depuis six saisons après un intermède à Mons.  En tant que médian défensif, analyser ses buts et ses passes décisives a peu de sens.  Par contre, on peut comparer son temps de jeu au Mambourg avec celui qu'il accumulait au Parc Astrid.

Avec le RCSC, il a obtenu 11.834 minutes de jeu en six ans.  Toutes compétitions confondues, cela revient à 1972,33 minutes par saison.  Sur les deux saisons qu'il a passées au RSCA, il a eu droit à 642 minutes de jeu.  Soit 321 minutes par saison.

Plus d'infos

Plus d'infos