Analyse Une crise qui va d'autant plus affaiblir les finances du Standard, déjà bien dans le rouge

Redaction
| 0 réaction
Une crise qui va d'autant plus affaiblir les finances du Standard, déjà bien dans le rouge

La crise sanitaire mondiale aura forcément un gros impact sur l'industrie du football : diminution drastique des recettes et baisse de la valeur marchande des joueurs, entre autres. C'est d'autant plus vrai pour le Standard dont les finances étaient déjà dans le rouge avant la crise.

Une perte de 8,4 millions € ramenée à 4,9 millions €

Les derniers comptes publiés (décembre 2019) par le club principautaire indiquaient une perte de 8,9 millions d’euros. Même si, après une ponction dans les réserves de près de 3,5 M, cette perte a été réduite à 4,9 millions d'euros.

Les récents transferts sortants devaient en partie combler ce trou : Moussa Djenepo (20,7 M de Southampton, dont 5 M de bonus), et Razvan Marin (12,5 M de l’Ajax) l’été dernier, mais aussi Mpoku (2 M de Al-Wahda) et Emond (4 M de Nantes) cet hiver.

Seulement, les Liégeois ont également sorti le plus gros chèque de leur histoire pour Zinho Vanheusden, même si, à échéance, l’Inter va rembourser cette somme, et même plus.

Des transferts peu utilisés

En attendant, les Rouches ont également payé 3,5 millions pour Avenatti, 2 millions pour Boljevic, 800.000 euros pour Dussenne et, plus récemment, 2 millions pour Eden Shamir. Bref, des joueurs qui n’ont reçu que très peu de temps de jeu.

Pour ne rien arranger, comme nous l’expliquions dans un précédent article, le Standard va devoir désormais également verser 3,4 millions € à Watford pour le transfert définitif d’Obbi Oularé. A cela s’ajoute une des masses salariales les plus élevées du Royaume. Elle grimpe à 34 millions d’euros par an, cela étant surtout dû aux salaires élevés de Vanheusden, Carcela et Lestienne.

D’ailleurs, si le Standard ne l’avoue qu’à demi-mot, un long retard des paiements des primes, comme le dévoile Sport Foot Mag, est révélateur des problèmes financiers du club liégeois.

Diminution temporaire des salaires

Ce n’est donc pas étonnant si le Standard était l’un des premiers clubs, avec Anderlecht, Virton et Zulte Waregem, à trouver une solution rapide pour diminuer les dépenses. Direction et employés s’étant finalement mis d’accord sur une baisse conséquente du salaire des joueurs pour le mois d’avril. Une partie de la différence sera d’ailleurs redirigée vers les hôpitaux de la région. Les Rouches ayant par ailleurs directement fait don de leurs masques chirurgicaux au CHU de Liège.

Quelle politique pour l’avenir ?

Ces difficultés financières auront certainement des conséquences sur la politique de transfert et de gestion du club dans un avenir proche. Le Standard va-t-il vendre ses cadres prématurément ? Certaines rumeurs envoient déjà Samuel Bastien dans les grands championnats. L’idée ne serait bonne qu’à moitié ; la valeur marchande de tous les joueurs sera nettement plus basse cet été.

Au Standard d’espérer désormais que leurs jeunes joueurs percent, au même titre que certaines acquisitions qui n’ont encore que trop peu fait leur preuve en bord de Meuse. On pense à Sissako, Dragus, voire Tapsoba pour les premiers, à Boljevic ou Avenatti pour les seconds. Dans ce cas, il aura fallu deux saisons d’adaptation à Michel Preud’homme, et non une seule comme il nous en avait donné l’habitude.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos