Interview Pedro Paralta, T2 à Strassen : "L'essentiel sera de faire mieux que cette sixième place"

Antoine Arnould
| 0 réaction
Pedro Paralta, T2 à Strassen : "L'essentiel sera de faire mieux que cette sixième place"

Les clubs de BGL se font de plus en plus remarquer lors des périodes de transfert. Parallèlement une place importante est accordée à la formation de jeunes joueurs. Un investissement qui, de l'avis de certains, devrait bientôt porter ses fruits.

Néanmoins le football luxembourgeois attire encore peu de regards, à tort selon Pedro Paralta, avec qui nous nous sommes entretenus sur le sujet. Notre interlocuteur connaît particulièrement bien, et sous divers angles, le foot luxo. Pour cause il a entraîné Creigneur en Division 2. Il a également été assistant d’un certain Baltemar Brito (lui-même adjoint de Mourinho à Porto, Chelsea et l’Inter) à Pétange. Toujours au sein de la BGL, il est actuellement T2 de Manuel Correia à Strassen. Mais Pedro Paralta connaît également bien les terrains belges, ce qui lui permet de donner un avis engagé, mais pertinent et comparé, sur niveau de la BGL.

BGL Ligue : le vent en poupe ?

La Fédération luxembourgeoise a rapidement tranché par rapport à d’autres en Europe ; les championnats ont été arrêtés définitivement et les clubs ont dès lors pu préparer la prochaine saison plus sereinement. Nombreuses ont déjà été les annonces de transferts entrants. L’UNA Strasen n’a pas échappé à la règle. 8 nouveaux joueurs ont rejoint l’équipe : « Nous avons également quelques joueurs qui partent, comme notre gardien international luxembourgeois. Mais plusieurs autres joueurs vont combler les départs » ajoute l’entraîneur adjoint.

Benjamin Schmit : De Virton à Strassen en passant par le RFC Liège

Et un des nouveaux arrivants est Benjamin Schmit, qui jouait au RFC Liège la saison passée. Pedro Paralta commente : « On suivait Benjamin depuis un petit moment en espérant le transférer, c’est désormais chose faite ». A Virton ou à Liège, l’arrière droit était titulaire en D1 amateurs belge. Un statut qu’il pourrait éventuellement conserver à Strassen : « On verra au fur et à mesure comment il va s’intégrer dans le groupe. C’est un petit peu quitte ou double. Il peut faire un bon petit premier match, enchaîner, puis ça se déroulera normalement. Mais il ne faut pas mettre la pression ».

L’Europe comme objectif ?

Finalement l’ensemble du club se trouvera quelque peu dans le même esprit : ambitieux, réaliste et sans pression. Les Strassenois restent sur une sixième place, ex-aequo avec Dudelange : « Malheureusement la crise sanitaire a mis un terme à la saison. Pour la suivante, l’essentiel sera de faire mieux que cette sixième place. On veut rester tranquilles, mais l’accès aux phases éliminatoires de l’Europa League pourrait donc devenir un objectif ». Pour rêver d’Europe, Strassen devra normalement terminer parmi les quatre premiers, en fonction du vainqueur de la Coupe.

Le FC UNA Strassen, bientôt centenaire !

A l’image de son club, Pedro Paralta veut rester humble. Le T2 est déjà satisfait de son parcours : « Dans le foot comme dans la vie, il faut être au bon endroit avec les bonnes personnes. Personnellement j’ai toujours été dans ce cas, que ce soit à Pétange avec Carlos Fangueiro, ou avec Baltemar Brito. Il s’agit tout de même de quelqu’un qui a gagné deux Ligue des Champions. Qui plus est, il est une personne que j’apprécie énormément. Et ensuite j’ai eu l’occasion de croiser Manuel Correia, l’actuel coach de Strassen. Comme entraîneur, comme personne, comme ami, je ne pourrais pas trouver mieux. Alors, oui, j’ai 38 ans et le temps devant moi. Si l’occasion se présente de devenir T1, pourquoi pas. J’ai passé quatre ans entre Liège, Bruxelles et le Luxembourg pour obtenir le diplôme après tout. Mais pour le moment, c’est parfait comme cela. Respect pour Monsieur Correia. Je suis déjà très satisfait de rester ici et de mon petit parcours ».

Et Pedro Paralta d’insister : ce qui lui plaît avant tout ce sont les valeurs humaines, le respect et l’amitié qu’il retrouve à Strassen. Néanmoins être ambitieux sportivement amène d’autres défis, notamment celui de la professionnalisation, alors que l’UNA Strassen fêtera bientôt ses cent ans. A suivre.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos