Interview Sofiane Hanni comprend Junior Edmilson : "Les gens jugent vos choix sans savoir"

Sofiane Hanni comprend Junior Edmilson  : "Les gens jugent vos choix sans savoir"
Photo: © photonews

Sofiane Hanni a opté pour le Qatar l'été passé. Il y a retrouvé un autre ancien de Pro League, qui a également opté pour le Golfe bien plus jeune : Junior Edmilson.

Sofiane Hanni (29 ans) nous a accordé une interview et nous a raconté sa fin de parcours au Spartak Moscou, sa signature à Al-Gharafa et le plaisir retrouvé au Qatar avec 11 buts et 5 assists jusqu'à l'arrêt de la saison (retrouvez la première partie de notre entretien par ici). À 29 ans, il a clairement fait un choix financier, ce qu'il assume pleinement. 

Sofiane, quand tu signes au Qatar, tu sais évidemment que c'est un choix qui sera critiqué. 

Je comprends bien ça, évidemment. Pas seulement dans le cas d'une signature au Qatar mais n'importe où au Moyen-Orient, les Européens mettent tout ça dans le même sac ... Mais je sais que c'est un choix toujours critiqué, oui. 

Ca l'est peut-être moins en Algérie : beaucoup d'internationaux algériens, champions d'Afrique récemment, évoluent dans le Golfe. 

C'est différent et il faut distinguer deux phénomènes. Si tu prends l'exemple de Baghdad Bounedjah (meilleur buteur du Qatar et qui présente des statistiques incroyables, 113 buts en 102 matchs, pour Al Sadd), il n'a jamais évolué en Europe : sa carrière a commencé en Algérie. Les portes de sortie quand tu joues en Algérie sont souvent la Tunisie, un peu plus relevée, ou le Golfe. Et tu es alors vu comme ayant réussi une belle carrière ; Bounedjah, aux yeux du public, a réussi. 

Et à côté de ça, le joueur algérien qui a été formé en Europe, lui, sera entouré de bien plus d'attentes. S'il signe en Russie, au Qatar, en Chine, on se dira toujours que c'est un échec, qu'il met sa carrière de côté. 

Au Qatar, tu as croisé la route de Junior Edmilson. Que penses-tu de son choix ? 

Je comprends les critiques à mon encontre et à l'encontre de Junior, surtout à son âge (23 ans à l'époque, nda). Il avait tout explosé en Playoffs avec le Standard et on avait évidemment tous de grosses attentes autour de lui, d'autant que des noms de clubs plutôt intéressants étaient cités : le FC Porto, le FC Séville, l'Allemagne ... Moi aussi, j'avais été surpris, comme tout le monde : je lisais les journaux, je voyais les noms avancés et il signe finalement au Qatar. Je me dis alors "Mais qu'est-ce qu'il fait ? Il aura l'occasion de faire ça plus tard, c'est du gâchis" ... 

Les gens jugent les choix de carrière, mais y a-t-il eu une offre concrète ? 

Mais ce qu'il faut comprendre, c'est qu'on juge ces choix sans savoir ce qu'il y a derrière. Le mot clé là-dedans, c'est qu'il y avait de l'intérêt de certains clubs. Plus tard, le père de Junior a expliqué la situation : le FC Porto était intéressé, mais n'aurait été concret qu'en cas de départ de Yacine Brahimi ... qui n'est pas parti cet été-là. Les gens jugent les choix de carrière, mais a-t-il reçu une offre concrète ? Puis arrive une offre qui multiplie son salaire par 10, une offre qui est là, sur la table. Soit tu attends qu'un club plus prestigieux soit concret, soit tu signes ... 

Tu as connu les mêmes critiques quand tu as signé au Spartak Moscou. 

Bien sûr, et je comprends que ce soit tentant pour les supporters, les journalistes, les analystes de penser comme ça. "Oh, il est capitaine d'Anderlecht, il est champion de Belgique et il va signer en Russie". En football, "l'intérêt" d'un club, ça ne vaut rien. Ce qui compte, ce sont les offres concrètes. J'en avais deux à l'époque : le Spartak Moscou et l'Arabie Saoudite. C'était peut-être le cas pour Junior. 

Et la crise actuelle montre que même ce qu'on prenait pour acquis ne l'est jamais vraiment ...

Voilà. Peut-être que cette crise va compliquer ce genre de transferts à l'avenir. Peut-être qu'au contraire, vu la crise en Europe, des joueurs vont opter pour des transferts lucratifs. Je vois quand même de plus en plus de joueurs dans la force de l'âge signer dans le Golfe, en Chine - plus seulement des trentenaires en fin de carrière ! La seule chose qu'on sait en football, c'est que tu ne reçois pas 1000 opportunités de ce genre. Et à la fin de ta carrière, vers 35 ans, il te reste deux choses : les titres que tu as pu remporter, oui. Mais aussi l'argent que tu as pu gagner et économiser pour mettre ta famille à l'abri ... 

Concernant le niveau de jeu, tu penses que Junior pourrait revenir en Belgique aussi fort que quand il est parti ? 

Tout dépend du joueur et de sa motivation. Je sais, sans vouloir vendre du rêve, que si je rentrais en Europe demain, je n'aurais rien perdu de mon niveau de jeu. Évidemment, le rythme de jeu est moins intense : on ne joue que 22 matchs par saison au Qatar. C'est presque moitié-moins qu'en Belgique avec les PO1. Tu dois donc fournir un travail personnel supplémentaire pour garder le rythme européen, mais on a déjà vu à plusieurs reprises un joueur revenir du Golfe au même niveau qu'à son arrivée.

Junior, il est encore jeune, plein d'énergie, je sais qu'il a cette volonté de garder le même niveau de jeu. Après, si tu arrives en mode retraite dorée ici, pour la jouer tranquille, tu vas avoir des problèmes. Combien de joueurs connus viennent ici et galèrent ? C'est pas comme ça que ça marche, ici ... Tu ne vas pas jouer avec les mêmes équipiers qu'en Europe, recevoir les mêmes ballons, ça ne sera pas si facile. 

Le meilleur exemple est certainement Axel Witsel, revenu de Chine à un niveau auquel on ne l'avait même jamais connu. 

Voilà, exactement. Je ne connais pas personnellement le niveau en Chine, mais de ce que j'entends, c'est vraiment très faible. Tu dois fournir un travail personnel pour garder ton rythme. On aurait pu se demander si Witsel allait être dans les bonnes conditions pour continuer à performer, et il est revenu à un niveau très élevé. C'est d'autant plus frappant qu'avant Dortmund, il n'a pas joué dans un grand championnat : le Portugal, c'est bon, mais moins quand même. Après, il a rejoint la Russie et on sait ce qu'il en est, ce n'est pas un niveau fantastique. Si tu es costaud, travailleur, que tu as le mental, tu resteras au même niveau. C'est ça qui compte, pas ton championnat. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos