Vanhaezebrouck doit-il craindre pour sa place avec l'arrivée de Marc Coucke ?
Malik Hadrich
Malik Hadrich
| 0 réaction

Hein Vanhaezrbouck a été choisi par Roger Vandenstock à Anderlecht : Marc Coucke voudra-t-il qu'il reste ?

Vanhaezebrouck doit-il craindre pour sa place avec l'arrivée de Marc Coucke ?
Photo: © photonews

Arrivé de Gand en cours de saison, Hein Vanhaezebrouck connaît quelques difficultés pour relancer complètement le Sporting d'Anderlecht. L'arrivée récente de Marc Coucke à la tête du club va-t-elle changer sa situation ? En d'autres mots, doit-il craindre pour sa place ?

Marc Coucke est le nouveau propriétaire du Sporting d'Anderlecht et pour l'instant, Hein Vanhaezebrouck est toujours l'entraîneur du club. Aucun changement ne devrait être opéré avant fin février, début mars. Il est même fort probable que l'actuel T1 reste en place jusqu'en fin de saison. Mais qu'en sera-t-il par la suite ? Plusieurs éléments laissent penser que la cohabitation va s'avérer compliquée.

Le manager

Hein Vanhaezebrouck fait partie de l'écurie de Mogi Bayat. Or, l'agent n'est pas vraiment apprécié par Marc Coucke. Cet été, c'est lui qui a forcé le départ de Silvio Proto à Ostende. En tant que président du club côtier, Marc Coucke n'avait pas hésité à l'égratigner suite à cette affaire : "Pour moi, cette histoire est plus grave que le 0 sur 15. Silvio avait signé un contrat de quatre ans avec Ostende en âme et conscience. Soudain, il a changé d'avis parce que, pendant deux semaines, son manager lui a monté la tête. Parce que Silvio n'est pas comme ça. Et c'est regrettable."

La patience

Comme tout bon homme d'affaires, Marc Coucke a prouvé à Ostende qu'il savait accorder du temps à ses employés pour qu'ils réussissent. Il l'a fait avec Yves Vanderhaeghe. Pour sa première saison à la Côte, l'ancien T1 de Courtrai est parvenu à qualifier l'équipe pour les Play-offs 1 mais pas pour la Coupe d'Europe. Les Ostendais ont laissé échapper le dernier ticket européen au profit de Charleroi qui disposait de moins de moyens financiers. La saison suivante, ils ont perdu en finale de la Coupe de Belgique face à Zulte-Waregem mais ils ont tout de même réussi à se classer en ordre utile pour les tours préliminaires de l'Europa League.

Mais la patience de Marc Coucke a aussi des limites. Cette saison, le KVO a eu un départ catastrophique en championnat. L'investisseur flamand n'a mis que sept matchs avant d'actionner le couperet. Exit Yves Vanderhaeghe ! Avec un club comme celui d'Anderlecht, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il change son fusil d'épaule. Hein Vanhaezebrouck aura du temps. Mais il devra faire des résultats. Et plutôt vite que tard !

La pression

A Ostende, il n'y a pas de pression. A Anderlecht, c'est bien différent. Après deux défaites (humiliantes il est vrai), les supporters parlent déjà de boycotter la rencontre de ce soir face à Eupen. Comment Marc Coucke va-t-il gérer cette pression ? Car si quelqu'un doit sauter, ce ne sera pas lui. Dans le monde du football, tout le monde sait que l'entraîneur est souvent le bouc émissaire.

Les antécédents

Personne ne s'en rappelle peut-être. Mais dès qu'Hein Vanhaezebroeck a débarqué à Anderlecht, il est allé débaucher l'entraîneur physique... d'Ostende. En plein milieu de la saison ! Sur Twitter, il avait réagi cordialement : "Un étrange monde que celui du football ! Maintenant déjà, les transferts des entraîneurs physiques. Merci pour l'approche correcte d'Anderlecht. Merci et bonne route Gino !" Mais si l'on lit entre les lignes, ce n'est pas vraiment une pratique qui obtient son assentiment.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos