Analyse Comment Charleroi a asphyxié Anderlecht

Hermès Van Damme
| 1 réaction
Comment Charleroi a asphyxié Anderlecht

Dimanche, Felice Mazzu avait établi le plan parfait pour contrer la machine anderlechtoise. Mais son équipe a fait deux petites erreurs qui lui ont sans doute coûté la victoire. Analyse.

Dès l'entame de la rencontre, on a compris que les Mauves allaient avoir du mal face aux Zèbres. Rezaei et Benavente effectuaient un gros pressing sur les trois défenseurs anderlechtois, ce qui les a beaucoup gêné. Ils ont dû alors procéder par longs ballons. La machine anderlechtoise a commencé à s’enrayer.

Sur les côtés, Gholizadeh et Baby coupaient les trajectoires vers Cobbaut et Saelemaekers, et profitaient de chaque espace laissé par les deux latéraux pour mettre à mal la défense bruxelloise. Dans l'entrejeu, Trebel et Makarenko ont beaucoup souffert face au pressing incessant de Hendrickx et Ilaimaharitra. Les deux médians carolos ont énormément couru pendant 60 minutes. Enfin, Dessoleil et Martos n'ont pas laissé un centimètre à Santini et Dimata. 

Sans ses ailes - Cobbaut pris en tenaille par Marinos et Gholizadeh et Saelemaekers par Willems et Baby - Anderlecht a eu du mal à voler comme lors des deux premières rencontres. Par exemple, Saelemaekers n'a pas réussi un seul centre depuis son côté droit face aux Carolos. Pourtant, lors des deux premiers matches, ses centres ont été à la base de quatre buts. Du côté gauche, Cobbaut a réussi deux centres: un pour Dimata qui a failli faire mouche et un autre dévié par Martos dans son but (conclut par Santini).

En possession du ballon, les Carolos ont beaucoup joué sur la rapidité et la technique de son duo d'attaque, Rezaei-Benavente, ainsi que dans le dos des deux latéraux qui montaient souvent aux avant-postes. 

Le plan (presque) parfait

"On a bloqué la relance des défenseurs centraux et les flancs. De plus, on a réussi à faire un gros pressing vers l'avant. C'est ça qui les a empêché de jouer. Ils n'ont pas touché le ballon en première période" détaille Gaëtan Hendrickx après le match. "Le plan était parfait, mais il nous a manqué l'efficacité."

"Charleroi a tout fait pour éviter notre jeu de construction" analysait pour sa part Hein Vanhaezebrouck. "Ils pressaient partout et c'était très difficile de sortir. On a trop vite usé de longs ballons" pestait-il. 

Voilà encoe un point à travailler pour le coach du RSCA. "Même quand on est mis sous pression, on doit pouvoir être capable de sortir en jouant au ballon."

Cet Anderlecht-là, bien que diablement efficace, a donc encore du pain sur la planche. La défense a eu beaucoup de mal face à la vivacité des attaquants carolos. Trebel et Makarenko ont affiché leurs limites face à un gros pressing. Saelemaekers doit parfois jouer plus simple, tandis que Cobbaut est parfois limité techniquement. Au travail Hein !

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos