Edito Anderlecht doit éviter un "cas Sa Pinto" avec Fred Rutten

Florent Malice
Florent Malice
| 1 réaction
Anderlecht doit éviter un "cas Sa Pinto" avec Fred Rutten

Le nouvel entraîneur d'Anderlecht est donc Fred Rutten. Un choix de "repli", qui n'enlève rien aux qualités du Néerlandais de 56 ans mais laisse la direction anderlechtoise face à une situation qu'il faudra gérer intelligemment.

Anderlecht voulait Frank De Boer ; Frank De Boer a signé à Atlanta. Anderlecht voulait Peter Bosz ; Peter Bosz a signé au Bayer Leverkusen. Anderlecht voulait Phillip Cocu; Phillip Cocu veut "se ressourcer" et ne sera libre que l'été prochain. Anderlecht voulait Kasper Hjulmand; Kasper Hjulmand était trop cher. Anderlecht ne faisait pas une priorité de Fred Rutten; Anderlecht aura Fred Rutten. 

Le protéger est essentiel 

Bien sûr, Michael Verschueren défend son choix, et il a bien raison: Rutten n'a pas un CV extraordinaire, il n'est pas le "grand nom" que certains rêveurs pensaient voir débarquer, mais il est désormais l'entraîneur du plus grand club de Belgique et va devoir vivre avec suffisamment de pression sans qu'un statut de "second choix" ne lui soit accollé. 

Pire: si Fred Rutten n'avait pas signé ce que Verschueren appelle un "contrat à long terme", il aurait vécu avec l'ombre de deux hommes dans le dos: Phillip Cocu, pour peu qu'il reste vraiment libre, et Kasper Hjulmand qui le sera dans six mois. Pas de quoi travailler sereinement.

Garder toutes les portes ouvertes 

Mais Michael Verschueren est probablement assez intelligent pour savoir que le nom de Rutten n'évoque pas grand chose aux supporters, qui espèrent du "blinquant" et quelque chose de solide. Anderlecht avait osé licencier un coach champion de Belgique, René Weiler, parce qu'il ne collait pas à l'image de marque du club. Contrat à long terme ou pas, si Rutten se loupe, il prendra la porte. 

Ce qu'Anderlecht doit éviter, c'est un cas Sa Pinto: un coach apprécié dont on a prévu la fin

Et dans ce cas de figure, l'été prochain, Verschueren et Arnesen pourront réactiver l'une des deux pistes évoquées en premier lieu - Cocu ou Hjulmand - ou profiter d'un marché estival toujours plus simple à aborder (qui veut débarquer en milieu de saison dans une équipe en plein doute?).

Ce qu'Anderlecht doit à tout prix éviter, et c'est aussi le sens de cette démarche prudente, c'est un "cas Sa Pinto": le Portugais, arrivé sans apporter de vraies garanties en termes tactiques ou de fond de jeu, avait fini un peu à la surprise générale par obtenir des résultats et le soutien d'une partie du vestiaire. Trop tard: l'arrivée de Michel Preud'homme était planifiée. Bien sûr, MPH a depuis convaincu tout le monde et peu de supporters pleurent encore le départ de Ricardo Sa Pinto par le soupirail. Mais le pari était risqué. 

Fred Rutten est lui aussi réputé pour sa capacité à forger un groupe, à travailler avec les jeunes et à se faire apprécier de son noyau. Rien ne dit que son passage à Anderlecht sera un échec... et rien ne dit qu'il sera "normal" de s'en séparer dans six mois. Il fallait être prudent; la direction anderlechtoise l'a été. Et devrait a priori s'en tirer dans n'importe quel cas de figure.

Plus d'infos

Plus d'infos