Anderlecht tient bon au Bosuil dans un match peu spectaculaire

Florent Malice
Florent Malice depuis Anvers
| 0 réaction
Anderlecht tient bon au Bosuil dans un match peu spectaculaire

Anderlecht avait rapidement pris l'avantage, mais a ensuite défendu pendant l'entièreté du match pour sécuriser un point.

La victoire de La Gantoise au Standard met un peu la pression sur Anderlecht dans la course à la ... cinquième place, certes, mais elle entrouvre une porte qu'on croyait fermée depuis longtemps : celle d'une éventuelle quatrième place qui ne serait qu'à trois points en cas de victoire. Reste à aller gagner dans ce Bosuil où l'Antwerp est invaincu en PO1 et a déjà battu Genk et le Standard. 

Mais en avant-match, c'est l'émotion qui prédomine : la ville d'Anvers pleure Julie Van Espen, la jeune étudiante assassinée la semaine passée à 23 ans à peine. Une poignante minute de silence lui sera dédiée, avant une minute d'applaudissements à la 23e. 

Place au football et à une confirmation : Anderlecht se porte mieux et c'est en bonne partie dû au retour d'Ivan Santini devant. Le Croate n'a pas le talent de Bolasie, mais il est un pur buteur : il le prouve en mettant au fond le premier ballon offensif des Mauves, sur une frappe croquée de Najar (5e). L'Antwerp est cueilli à froid. 

Le gros dos et la maturité 

Assez naturellement, Anderlecht va se retrouver assiégé pendant une bonne partie de la première mi-temps : un test intéressant pour une équipe qui a longtemps été friable. Mais malgré l'absence de Kara, Bubacarr Sanneh et Sebastiaan Bornauw tiendront la baraque derrière, Didillon étant autoritaire lors de leurs quelques approximations. Le kop visiteur chante son nom lorsqu'il sort une tête dangereuse d'Owusu, plus grosse occasion anversoise en première période malgré un nombre impressionnant de corners concédés (34e). 

On se dit que jusque là, Anderlecht réussit un match ... à l'anversoise. Mais défendre n'est pas forcément dans l'ADN de cette équipe et le vernis craque au retour des vestiaires : une tête de Baby trouve Lamkel Zé bien trop seul dans le rectangle, qui fusille Didillon (48e, 1-1). L'ambiance monte d'un cran et Anderlecht se retrouve à galérer, Baby et Refaelov continuant leur excellent match. 

Peu de choses à dire sur la suite car le spectacle sera franchement inexistant : l'Antwerp laissera filer son temps fort et les Mauves, s'ils reviendront dans le coup sur le plan défensif et dans l'organisation, un temps perdue, ne parviendront plus jamais à vraiment inquiéter Sinan Bolat. On assistera dès lors à ce que ce match reste, après tout : l'opposition entre une équipe réputée pour un jeu peu spectaculaire et une autre encore convalescente, qui aura confirmé le retour d'un état d'esprit très positif. Ivan Santini frôlera même le hold-up en toute fin de match, mais place cette fois au-dessus (86e).

Difficile, dans ce contexte, de dire si ce nul est une bonne ou une mauvaise opération et pour qui ; chacun y trouvera à boire et à manger, les poursuivants comme les poursuivis restant à bonne distance les uns des autres. Seul le souffle de La Gantoise dans le cou d'Anderlecht recommence à se rapprocher... 

Plus d'infos

Plus d'infos