Interview Vargas prêt pour son retour à Anderlecht : "Aucun esprit de revanche"
Florent Malice
Florent Malice depuis Ostende
| 0 réaction

Ronald Vargas veut se montrer face à Anderlecht, son ancien club, ce dimanche

Vargas prêt pour son retour à Anderlecht : "Aucun esprit de revanche"
Photo: © photonews

Ce jeudi à Ostende, Ronald Vargas s'est entretenu avec Walfoot et Voetbalkrant sur son grand retour à Anderlecht. Le Vénézuélien ne nourrit pas d'esprit de revanche...

Ronald, je sais que tu n'aimes pas parler du passé. Mais on va bien devoir parler d'Anderlecht ... 

"(rires) Ca fait bien partie de mon passé, je ne peux pas y couper. Ca reste spécial. Anderlecht est mon ancienne équipe et la dernière équipe pour laquelle j'ai joué avant de quitter la Belgique. Quelques bons souvenirs vont ressurgir, mais aussi des mauvais, toutes ces blessures. Cela dit, j'ai fait partie de la famille Mauve et ça restera toujours là".

Pour ces retrouvailles, tu pourrais être directement confronté à Vincent Kompany. 

"Je ne le connais pas vraiment. Je l'ai juste croisé quelques fois à Neerpede. Mais tout le monde le connaît, bien sûr ... Je ne sais pas où ils en sont, mais il aura énormément de pression. Ils jouent à domicile et Anderlecht veut évidemment jouer un autre rôle que nous dans la compétition. On va tout faire pour leur rendre la tâche difficile". 

Peux-tu comparer pour nous le Vargas d'hier et celui d'aujourd'hui ? 

"Je me sens mieux que quand j'ai quitté la Belgique. Je n'étais pas au top à l'époque, tout le monde le sait. Cela avait beaucoup à voir avec les blessures, bien sûr. J'avais de mauvaises sensations dans mon genou, tout le temps. Depuis, c'est arrangé : j'ai joué dans différents pays et j'en ai retiré le meilleur. J'ai plus d'expérience, mais je suis resté le même joueur créatif.

Ta position sur le terrain a cependant changé. 

"Oui, je suis désormais ailier gauche. Les quatre dernières années, j'étais 10 ou 8. Mais je peux toujours jouer dans l'axe sans problème. Il y a beaucoup de jeunes très rapides ici, je dois travailler dur".

Tu as déjà mentionné plusieurs fois que tu n'avais pas de revanche en tête, mais est-ce que tu ne voudrais tout de même pas montrer que tu peux toujours être celui qu'on a connu à Bruges ? 

"Je n'ai pas de revanche à prendre, y compris sur Bruges d'où je suis parti pas forcément en bons termes. C'était uniquement lié au président, et il est parti. Tout le monde sait ce que je suis capable de faire. Je ne tire aucune énergie dans la revanche, la vie est trop courte pour ça. Surtout une vie de footballeur".

Ostende doit faire mieux que la saison passée, tu le sais. 

"Bien sûr qu'il faut faire mieux et ça doit être l'ambition de tout le monde. Je veux montrer à mon fils et à ma fille, à la fin de ma carrière, ce que j'ai réussi. Je préfère ça plutôt que leur offrir une Ferrari pour leurs 18 ans. Ils seront certainement plus fiers de voir que j'ai bien joué au football plutôt que de voir que j'avais 20 millions d'euros sur mon compte en banque".

Belle philosophie. Et tu sembles heureux en Belgique ... 

"J'aime ce pays. Je me vois bien rester ici toute ma vie. Ma femme est d'ici, mon chien est ici, mes enfants bientôt, peut-être (sourire). Il pourrait juste faire un peu moins chaud (il faisait 38 degrés ce jeudi, nda). Je suis parti d'Amérique du Sud il y a longtemps, j'ai perdu l'habitude !".

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos