Dites désormais 'Charleroi Time': "C'est dans l'ADN de ce club!"
Pierre Ghislain
Pierre Ghislain
| 0 réaction

Karim Belhocine et Mehdi Bayat évoquent le "Charleroi Time"

Dites désormais 'Charleroi Time': "C'est dans l'ADN de ce club!"
Photo: © photonews

Des changements payants dans les dernières minutes? Felice Mazzu a appliqué la recette pendant six saisons avec le Sporting de Charleroi. Aurait-il transmis sa patte de lapin à Karim Belhocine, son successeur? "Non, ça fait partie de l'histoire de ce club", répond le principal intéressé.

Deux matchs à domicile, deux rencontres que Charleroi a fait basculer dans le money time. Et, à chaque fois, les changements de Karim Belhocine ont payé. Il y a deux semaines David Henen avait distillé la passe décisive, ce dimanche, c'est Jérémy Perbet qui a poussé la balle au fond. 

ADN 

Et pourtant, ne comptez pas sur Karim Belhocine pour s'attribuer les mérites de cette réussite in extremis. Au contraire, le nouveau coach des Carolos estime que ça, "ça fait partie de l'histoire du Sporting." "Le point commun entre la période de Felice et maintenant? Ce sont les joueurs, une partie du staff et le public."

"C'est dans l'ADN de ce club. C'est le Charleroi Time", insiste encore le Français qui a aussi, pour sa première victoire, entièrement profité d'une première communion avec le public. "C'était un beau moment de bonheur. Une communion entre les supporters, les joueurs et le staff. J'ai vu, ce dimanche, à Charleroi ce que j'attendais en arrivant: une équipe et son public."  

J'avais même les larmes yeux. 

Et de la joie, il y en avait aussi dans les propos de Mehdi Bayat à l'issue de la rencontre. Le boss carolo a, lui aussi, savouré. Depuis les tribunes. "Juste avant le but, j'ai regardé mon associé et je lui ai dit, maintenant, c'est le Charleroi Time", explique-t-il. 

"Quand Karim dit que c'est l'ADN de Charleroi, il vise juste. Nos supporters ont été exceptionnels, et les joueurs leur ont rendu. Ils se sont battus jusqu'au bout et je suis vraiment fier et j'avais même les larmes aux yeux..." 

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos