Anderlecht "moins bon" avec Kompany ? Oui ... et non
Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction

Anderlecht est-il moins quand Vincent Kompany est sur le terrain ?

Anderlecht "moins bon" avec Kompany ? Oui ... et non
Photo: © photonews

Les chiffres sont implacables : quand Vincent Kompany est sur le terrain, Anderlecht ne gagne pas. Le bilan est de 2/18 avec "Vince the Prince" à la barre ...

Qui aurait pu parier sur un tel constat quand Vincent Kompany est arrivé au RSCA ? Avec son icône sur la pelouse, Anderlecht ne gagne pas. On n'osait y croire quand le joueur-manager était aligné à Ostende, mais la "malédiction" a à nouveau frappé, les Mauves s'inclinant, offrant au passage probablement leur pire prestation défensive depuis le déplacement au KV Courtrai. 

Un bilan à nuancer 

Bilan comptable : six matchs avec Vincent Kompany, 2/18. Un bilan de relégable. Mais il faut évidemment voir au-delà des chiffres bruts. Sur ces six rencontres, Kompany a disputé les cinq premières d'un RSCA en chantier ... au sein de quatre défenses différentes sur les cinq rencontres. Les résultats de ces cinq premiers matchs (2/15) auraient-ils été meilleurs sans Kompany sur le terrain ? 

La réponse n'est certainement pas un "oui" catégorique. Ce dont Anderlecht a manqué en début de saison est plus souvent d'animation offensive que de solidité défensive ; Kompany et Sandler formaient même un duo décrit par beaucoup d'analystes comme l'un des plus élégants et solides du championnat. 

La défaite à Genk ? Anderlecht avait alors réalisé un bon match et Kompany lui-même avait été salué pour ses duels souvent gagnés et son calme à la relance. Reste une vraie contre-performance : au KV Courtrai, le "Prince" manquait notamment une relance pour offrir un but à l'adversaire et dans l'ensemble, la défense passait à côté de son sujet.

Puis, il y a ce match dimanche à Ostende : le second but vient d'une chute de Kompany. Le premier ? Il est pour Kana et Van Crombrugge. Le troisième pour Cobbaut ... 

Un Kana nerveux ? 

Un point laisse songeur : la différence de niveau entre le Marco Kana des dernières semaines et celui de la défaite à Ostende. Le jeune (rappelons qu'il a eu 17 ans en août ...) anderlechtois a semblé fébrile, lui qui se signalait par son calme olympien. La raison est-elle sa première association (dès le coup d'envoi, Kana étant monté  à la 73e à Mouscron) à Vincent Kompany dans l'axe ? On sait que Vince, bien plus qu'un coéquipier et même un capitaine ou un manager-joueur, est un mentor pour Kana en particulier, qu'il prend souvent sous son aile aux entraînements. 

Elias Cobbaut, impeccable ces dernières semaines au point de décrocher une sélection controversée avec les Diables Rouges, s'est troué à la Côte, donnant du grain à moudre à ses détracteurs. Son retour sur le flanc (au profit de Kompany donc) en est-il la raison ? L'absence d'Edo Kayembe (choix tactique qui nous paraît être celui de Kompany plutôt que Vercauteren) a-t-elle déséquilibré l'équipe ? Peut-être, mais rappelons-nous alors des critiques qui pleuvaient sur Franky Vercauteren quand il décidait d'aller à Eupen avec un 6 supplémentaire. Les résultats conditionnent toujours l'analyse ... 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos