Interview Michel Iannacone, champion d'Égypte : "Autant d'émotion que la montée avec Charleroi"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Michel Iannacone, champion d'Égypte : "Autant d'émotion que la montée avec Charleroi"

Michel Iannacone a remporté le titre de champion d'Égypte avec Al-Ahly, à six journées de la fin du championnat. Une émotion particulière pour l'ancien entraîneur des gardiens du Sporting Charleroi, qui remporte là son premier titre de champion. "

Après la Supercoupe d'Égypte, Michel Iannacone et René Weiler se sont adjugés le titre de champions d'Égypte avec Al-Ahly, et ce alors qu'il reste six journées à jouer. Une domination totale et attendue de la part du plus grand club égyptien. "Mais au vu de la situation compliquée, du coronavirus, de l'arrêt du championnat ... Il y a tout de même beaucoup d'émotion après ce titre", nous affirme Michel Iannacone depuis Le Caire.

"C'est une délivrance, et on peut le sentir dans la façon dont les supporters célèbrent ça. J'ai d'ailleurs bien vu qu'en Europe, malgré la situation, les supporters célébraient les trophées remportés avec le même plaisir. Il n'y a que le sport qui peut ramener ça pour le moment", estime l'entraîneur des gardiens d'Al-Ahly. "La vie ne doit pas s'arrêter malgré cette crise. Malheureusement, nous n'avons pas pu accueillir de public au stade, je crois que ça aurait été trop difficile à gérer".

"Au même niveau que la montée en D1"

Pour Iannacone, c'est en tout cas une première que ce titre en D1 ... mais l'ancien de Charleroi a connu la même joie en D2, quand les Zèbres décrochaient le titre de champions et montaient en D1. "Je mettrais ces deux moments sur un pied d'égalité. À l'époque, nous avions tout misé sur cette montée, dans le contexte difficile qu'on connaît avec Abbas Bayat à la tête du club", se rappelle-t-il. 

"Si le club était resté en D2, il aurait connu de gros soucis, je crois. C'était une délivrance totale d'obtenir cette montée à l'époque, on s'était battus comme des lions". Des émotions différentes en Égypte, et un autre type de pression. "Mais il y a de la pression ici aussi, évidemment ! Tu ne peux pas perdre. Nous avons les meilleurs joueurs d'Égypte, chaque match doit être gagné, même en amical. C'est motivant, car la pression fait partie du sport. S'il n'y en a pas, tu ne progresses pas ...". 

Il y en a en tout cas moins désormais qu'Al-Ahly tient son 42e titre de champion d'Égypte. Mais pas question de se reposer : "Il y d'autres objectifs : la Coupe d'Égypte et surtout, en octobre, nous disputons les demi-finales de la Ligue des Champions africaine. D'ici là, il est donc hors de question de se relâcher et d'arriver en roue libre. De toute façon, l'objectif sera de tout gagner. Il y a un record de points à aller chercher (88, Al-Ahly en compte actuellement 73, nda)", conclut Michel Iannacone. "Bien sûr, on ne peut pas nier que ça facilite la préparation de ces demi-finales, d'avoir déjà remporté ce titre de champion". De son côté, Iannacone peut se réjouir des 20 clean-sheets (sur 28) de Mohamed El-Shenawy, le gardien d'Al-Ahly et de l'équipe nationale égyptienne. Un élément important dans la conquête d'un titre ... 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos