Analyse Anderlecht s'est limé les dents : un noyau dégraissé mais moins d'options offensives pour Kompany

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Anderlecht s'est limé les dents : un noyau dégraissé mais moins d'options offensives pour Kompany
Photo: © photonews

Le RSCA a donc terminé le mercato en dégraissant encore son noyau, et pas un peu : Michel Vlap, Zakaria Bakkali et Landry Dimata ont quitté le club, prêtés. Dans l'autre sens : aucune arrivée dans la dernière ligne droite.

"Nous avons perdu en qualité" : Vincent Kompany évoquait en ces mots, un peu plus tôt, le départ de Landry Dimata, prêté à l'Espanyol Barcelone (avec option d'achat) jusqu'au terme de la saison. Une solution voulue par le joueur, qui avait peu de temps de jeu à Anderlecht. Même volonté de la part de Michel Vlap, que les sorties prématurées en cours de jeu ont apparemment poussé à aller voir ailleurs. De la qualité, probablement, mais ce que le RSCA a perdu, c'est surtout de la quantité. 

Dégraissage ou déplumage ? 

Durant tout ce mois de janvier, Peter Verbeke s'est attiré à raison des louanges (y compris ici-même) pour les prodiges réussis en termes de dégraissage de noyau. Bubacarr Sanneh, Peter Zulj, Mustapha Bundu, Ognjen Vranjes, Antonio Milic, Derrick Luckassen, Luka Adzic : tous ces départs étaient prévisibles, certains libèrent Anderlecht (au moins en partie) d'un salaire encombrant, d'autres peuvent relancer des joueurs qui peuvent encore rapporter quelque chose en cas de prêt réussi. Le cas Bakkali est compliqué : complètement blacklisté, pointé du doigt pour sa méforme physique, il dispose également d'un contrat mirobolant (1,7 million d'euros) que le Beerschot prendra en partie en charge, ce qui justifie ce départ. 

Bundu Mustapha
© photonews

Mais la fin de mercato a surpris. Car si peu de joueurs offensifs du RSCA amenaient pleine et entière satisfaction, le ménage par le vide réalisé laisse Kompany bien dépourvu, et ce malgré les arrivées : Antoine Colassin prêté à Zulte Waregem et Nany Dimata prêté à l'Espanyol, cela ne laisse dans le rôle de n°9 qu'un Lukas Nmecha déjà émoussé, un Mohammed Dauda qui paraît toujours léger et un Abdoulay Diaby pas arrivé pour jouer à ce poste. Si le physique de Dimata posait toujours question (on sera attentif à son temps de jeu à Barcelone : peut-il enchaîner malgré ses soucis de genou ?), ses entrées étaient au moins encourageantes, et il était le seul 9 de métier au club, étant entendu que Nmecha a bien du mal à s'imposer dans le rectangle.

bakkali dimata

De son côté, Michel Vlap semblait sur la pente ascendante, et occupait bon gré mal gré le poste laissé vacant par Percy Tau - autre départ hivernal - malgré des qualités bien différentes. Sans convaincre outre mesure, en multipliant parfois les mauvaises décisions, mais ce constat vaut pour presque toute la ligne offensive anderlechtoise ces dernières semaines.

Avec Amuzu, Mukairu, Bruun Larsen, Diaby, Nmecha et Dauda, Anderlecht ne dispose désormais que de 6 options (plus ou moins) d'expérience pour 4 postes offensifs (ailes, pointe et dix ou neuf et demi) ; on se doute que Kompany intégrera petit-à-petit Mario Stroeykens à l'équation, et le retour de Yari Verschaeren est attendu avec impatience. En comptant très large, les avant-postes sont donc à peine doublés, et pas à qualité égale, à l'issue de ce mercato hivernal. On croisera les doigts, à Neerpede, pour que rien n'arrive aux titulaires ... 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos