Anderlecht et ses matchs de 85 minutes
Julien Denoël
| 0 réaction
Anderlecht et ses matchs de 85 minutes
Photo: © SC

On joue la 88e du match à Tottenham quand Moussa Dembélé propulse le cuir de manière puissante dans les filets de Proto. 2-1. Anderlecht tenait le bon bout mais a craqué. Un scénario récurant pour les Bruxellois.

Par Julien Denoël

Cette année, déjà, le cas de figure qui s’est produit à Londres n’est pas le premier. Contre Monaco, Anderlecht avait fini par encaisser à la 85e. Scénario cruel qui met en évidence un manque de concentration, quoi qu’on en dise.

2015, Bruges

Qualifié pour la finale de la Coupe, Bruges affrontait l’un de ses plus grands rivaux. Bruges ouvrait dans un premier temps la marque via De Sutter avant de reculer et de laisser le jeu à Anderlecht. Les Bruxellois parvenaient finalement à égaliser en toute fin de match. On pensait alors se diriger vers les prolongations, mais Refaelov n’avait pas vraiment envie de prolonger la partie. L’Israélien envoyait dans les arrêts de jeu un missile dans le but de Proto qui n’avait plus que ses yeux pour pleurer.

2015, Bruges

Durant les play-offs, Anderlecht retrouvait Bruges. Au Jan Breydel, les hommes de Hasi allaient vivre le même scénario à ceci près que ce sont eux qui avaient ouvert la marque. Oularé avait égalisé à un quart d’heure du terme avant que Vormer, sur coup franc, ne profite d’une erreur grossière de la défense mauve pour donner la victoire aux Gazelles à la 86e.

2014, Galatasaray

L’an dernier, en Champions League, les champions de Belgique de l’époque se déplaçaient dans l’enfer d’Istanbul pour affronter Galatasaray. Si Praet avait ouvert le score d’une belle frappe à ras de sol et qu’on pensait la victoire acquise, les Turcs de Sneijder et compagnie avaient égalisé dans les arrêts de jeu après que Vanden Borre se soit fait rouler dans la farine comme un débutant.

2014, Arsenal

Lors de la même campagne, à domicile cette fois-ci, Anderlecht accueillait Arsenal. Etonnant et convaincant, le club bruxellois tenait le bon bout jusqu’à la fin. Sauf qu’il était écrit qu’Anderlecht ne devait pas gagner ce match. A la 89e, Gibbs égalisait avant que Podolski ne donne la victoire aux Gunners à la 91e.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos