Billet d'humeur La Ligue Pro ressemble plutôt à une Ligue d'Impro

Malik Hadrich
Malik Hadrich
| 0 réaction
La Ligue Pro ressemble plutôt à une Ligue d'Impro
Photo: © photonews

Deux matchs prévus ce week-end en D1A ont été reportés à une date ultérieure : La Gantoise - Royal Antwerp FC et Sporting Charleroi - FC Bruges. Les clubs européens ont demandé à ce que leurs rencontres soient déplacées afin de se donner le plus de chances possible d'atteindre les phases de groupe

La Ligue Pro a donc décidé de remettre deux matchs de ce week-end sans en recevoir l'autorisation formelle d'un de ses clubs : le Sporting Charleroi.  Le directeur général du RCSC, Mehdi Bayat, parlait d'un manque d'élégance pour qualifier cette décision.  J'ai plutôt envie de parler de "gros couac".

Tout d'abord, parce que cette mesure a été prise à la dernière minute !  Comment est-il possible pour une Ligue Professionnelle de se positionner aussi tardivement sur une modification du calendrier ?  Cela ne ressemble plus du tout à une Ligue Pro, mais à une Ligue d'Impro.  La Pro League a voulu emboîter le pas des Pays-Bas, mais chez nos voisins du nord, tout cela était prévu bien à l'avance et avec l'assentiment de tous ses clubs.

Car ces changements auront des répercussions sur le championnat.  Charleroi devait accueillir un des grands clubs belges un samedi soir.  De quoi miser sur une belle recette !  Or, ici, La Gantoise - Antwerp a été postposé à un jeudi soir du mois de novembre !  Il est évident que ce n'est pas du tout la même chose.  Si Gand et l'Antwerp ont pu s'en accommoder, c'est parce qu'ils sont tous les deux engagés en Coupe d'Europe.

Ensuite, les suspensions, les blessés, le mercato...  Tous ces éléments peuvent changer les circonstances de la rencontre.  Dans un certain sens, on peut suivre Mehdi Bayat quand il traduit cela par une falsification de la compétition.

Et puis, la justification de ces reports de match peut laisser dubitatif.  Les clubs belges engagés en Europe voudraient éviter trop de fatigue avant leurs joutes européennes.  Mais comment peut-on parler de fatigue alors que la Jupiler Impro League n'a débuté qu'il y a un mois ?  Le Club de Bruges n'est-il pas armé pour faire face à ces circonstances ?  Pourtant, son noyau est considéré comme l'un des plus voire le plus qualitatif(s) de Belgique.

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos